Les Livres de Lesrestos.com

Types de livre



Frères de Terroirs Carnet de croqueurs

Chefs

LE LIVRE :
Ils sont apiculteurs, maraîchers, vignerons, bouchers... Ils sont tous fournisseurs d’Yves Camdeborde depuis des années, avec qui ils partagent le goût du bien manger et du bien produire.

Une année de rencontres avec les producteurs favoris d’Yves Camdeborde, mise en dessin par Jacques Ferrandez : pour aller à la découverte de chasseurs de truffes, pêcheurs de brochet et vignerons aux quatre coins de la France. Une belle peinture de savoir-faire et de convivialité.

LES AUTEURS :
Jacques Ferrandez vit dans les environs de Nice. Son travail a souvent porté les couleurs et l’histoire de la Méditerranée, en particulier dans sa série phare "Les Carnets d’Orient". Ses deux adaptations récentes de textes d’Albert Camus, "L’Hôte" et "L’Etranger", ont connu un vif succès, tant critique que commercial.

Yves Camdeborde est un chef français, l’un des initiateurs de la « bistronomie ». Passé par les cuisines du Ritz, de La Marée, de La Tour d’Argent, du Crillon, il tient désormais Le Comptoir du Relais Saint-Germain. Il doit notamment sa grande popularité à sa participation à l’émission culinaire Masterchef de 2010 à 2013.

Editions Rue de Sèvres - Tome 1 Hiver et Printemps - 122 pages - 22 €.

Lazare par Eric Frechon

Chefs

Eric Frechon nous donne les clés de LAZARE.

A l’occasion du premier anniversaire de son restaurant, LAZARE, le Chef Eric Frechon dévoile un livre éponyme qui revient sur la philosophie de ce lieu de vie et retrace une journée de ce haut-lieu de la gastronomie pour tous à travers 60 recettes déjà cultes.
Mais plus qu’un livre de recettes, cet ouvrage contient des témoignages, des anecdotes, des histoires riches en découvertes qui permettent de s’immerger pleinement au sein de ce restaurant.

Parce que LAZARE est un restaurant qui vibre au rythme de la gare au coeur de laquelle il se trouve, il s’y passe sans cesse quelque-chose. Les habitués y ont leurs rituels, d’autres s’y donnent rendez-vous tandis que le soir, l’atmosphère se fait plus cosy pour un moment de détente et de gourmandise.
Qu’il s’agisse du petit déjeuner, d’un grignotage sur le pouce, du déjeuner, du goûter, de l’apéritif ou du dîner, chacun de ces moments est introduit par un texte qui en relate l’ambiance si particulière.
Tout au long du livre, l’évocation des clients, du chef et de ses équipes permet de comprendre l’esprit de LAZARE : être un lieu de vie où règne l’amour du bon !

Auteur : Eric Frechon

Photographie des Plats : Valéry Guédès

Photographies du Lieu : Valérie Lhomme

Portraits des Equipes : Axelle Paysant-Le Roux

Stylisme des Plats : Bérengère Abraham

Editions Solar - 168 pages - Prix : 39 €.

En librairie le 9 septembre 2014.

LAZARE

Parvis de la gare Saint Lazare - rue intérieure

rue Saint-Lazare - 75008 Paris - Tel : 01 44 90 80 80

Bernard Vaussion

Chefs

Au Service du Palais, de Pompidou à Hollande,
40 ans dans les cuisines de l'Elysée.

Aucun cuisinier n'a servi autant de présidents français que Bernard Vaussion. Six au total !
Quand il fait mijoter son premier plat au "château", en 1974 le locataire de l'Elysée s'appelle Georges Pompidou. Lorsqu'il y prépare son dernier repas, le maître des lieux se nomme François Hollande.

A travers ses souvenirs Bernard Vaussion nous plonge dans l'atmosphère trépidante des cuisines de la république : les dîners de gala, les repas privés, les vacances au Fort de Brégançon... le chef nous dévoile ses souvenirs et ses impressions au service de nos dirigeants.

Par Bernard Vaussion et Christian Roudaut

Editions du Moment : - Prix : 16,95 €.

Jean-François Piège

Chefs

Après plusieurs années passées dans les cuisines de quelques uns des plus beaux palaces parisiens, et depuis 3 ans à la tête de son restaurant gastronomique dans le 7ème arrondissement de Paris, le chef deux étoiles Jean-François Piège révèle aujourd’hui dans un livre éponyme toute l’ampleur de son talent à travers des créations et recettes gastronomiques inédites.

Plus qu’un simple livre de cuisine, le Chef drômois propose ici un ouvrage de caractère et de qualité. Et s’il dit lui-même être «perpétuellement en mouvement et en recherche quotidienne de la meilleure façon d’exprimer (son) Art de manger», cet ouvrage se veut comme la concrétisation d’années de travail et de construction artistique personnelle.

En échos à la proposition que le Chef décline chaque jour dans son restaurant gastronomique, l’ouvrage débute par une sélection de Grignotages.
Il s’articule ensuite autour de quatre menus principaux nommés les Règles du je(u), avec hors d’oeuvre, plats et gourmandises, au travers desquels les ingrédients sont mis à l’honneur tout
au long du livre.

A chaque fin de menu, les recettes viennent conclure ces différentes propositions culinaires.
Deux autres menus distincts complètent l’ouvrage : les «Signatures» d’abord, mettant à l’honneur les créations incontournables et intemporelles de Jean-François Piège ; puis les «Essentiels», composés des gestes fondamentaux de la cuisine
du Chef au quotidien.

Au travers des 240 pages, 121 photos et 85 créations, Jean-François Piège dévoile plus de 300 recettes et présente des créations vraies et inédites dans un ouvrage aussi beau que bon.

Livre: JEAN-FRANÇOIS PIÈGE
Photographies et portraits d'ingédients de Stéphane de Bourgies.
Direction artistique : Vassili Verrecchia pour Verrecchia & Partners.
Design : Sophie Toporkoff.
Editions Flammarion - 240 pages - Prix : 55 €.

Guy Martin : l'Art du Livre

Chefs

Par Fabien Nègre

Eternitaire Maestro intempestif du Véfour, ardent feu-follet aux mille étincelles du présent, vivant amateur d’art ancien et contemporain, auteur d’incandescences du silence en chevalier sans effroi, le charmant ubiquitaire Guy MARTIN boute hors de sa romance, dans le coffre de son secret, pour une singulière attache quasi charnelle aux architectures des formes de l’esprit.

Du haut de ses 26 ans, sans doute par excès de perfectionnisme, par arrogante timidité, le chef de la rue de beaujolais refuse un magnifique projet entremêlant artistes, écrivains et peintres. «Je ne voulais écrire qu’un livre dans ma vie». Hors des lignes éditoriales, hors-normes, le «Prince du Palais Royal» ne s’engouffre dans aucun compartiment, antinomique aux fondateurs modernes. L’horizon générationnel diffère, l’autodidactie prime, le parcours bifurque. Dès l’arrivée à Paris, le «vrai premier livre», édité grâce à Jacques BISHTOK, fait l’objet d’une double page dans « Match » et traite des liens intimes entre gastronomie et peinture. «24 livres allaient venir dont 4 en septembre 2013».

Avec «CUISINE», paru en 2011, l’œuvre plein de Guy MARTIN salue toute une vie de densité et une esthétique de cuisine en direction de tous les publics. «Des livres populaires, pour la France profonde, pour suivre les saisons et les marchés». Né dans une famille privilégiée et cultivée, un père amateur de vitoles qui lui transmit les manières du Havane, un grand-père montagnard qui lui apprit «la profondeur de l’art et de la nature», l’auteur préféré des dames confie : «J’ai de l’émotion quand je lis des poèmes d’Eluard après le décès de sa femme. Contemplatif, admiratif de la montagne, du bruit du vent dans les saules, je visite tous les musées du monde. L’art m’aide à vivre, la grande musique telle une essence de vie. Sans l’art, la vie serait une erreur. De Botticelli à Rothko, de Manet à Magritte».

Les Rolling Stones, Offenbach, «ce Mozart de la rue» inventent des modèles pour le passionné de l’ALIBAB, qui, à la lisière de ses 18 ans, eut la folle audace d’exécuter toutes les recettes par ordre alphabétique. «Apprendre tout à 18 ans, je ne suis pas un garçon courant». Toute la famille MARTIN voue un culte à l’art de se sustenter. «Mon père, à 83 ans, toujours à fond, se fait, aujourd’hui, encore élever des cochons par des paysans de sa région savoyarde. Il m’appelle pendant des heures pour les accords avec le champagne rosé». Un morceau de viande oriente une intentionnalité de la mémoire maternelle : «Ce que tu fais, fais le bien ou ne le fais pas». Skieur extrême, l’énergique montagnard savoyard pousse ses possibilités «au maximum du maximum».

Le risque évincé, longtemps étranger, «j’ai longtemps pensé que j’étais immortel», désigne une politique de la liberté : «monter à cheval, lâcher le cheval, le laisser s’exprimer, délié, dénoué». Magnanime et ascétique, dans le paysage gastronomique et littéraire du VEFOUR, le radical libre affirme sa chance, cavalier seul, aristocrate fragile de sa propre mélancolie apologétique : «je ne me compare pas, je mène mon chemin puis je disparaîtrai». L’homme fasciné par la blondeur décrit ses livres avec une sensible lucidité : «Mes ouvrages partent d’un don, d’un ressenti, d’un instant. Depuis ma tendre enfance, toutes mes femmes étaient blondes, les mères de mes enfants sont blondes. Les blondes ne mangent pas comme les brunes».
Plus loin, un livre sur les mots en cuisine afin de contextualiser la technicité. «L’édition est un plaisir sans aucune notion pécuniaire. Le toucher du papier, la poésie du verbe, je pense et j’écris toutes mes recettes à la main». Seul un photographe japonais, Saïto SAN, pouvait déchiffrer «The Art of Guy Martin», le filament d’une folie, la surprise des clins d’œil, la mesure de l’humour. Des années de préparation, des découpes avec les nappes du Véfour, des calques millimétrés, «le plus beau livre de gastronomie du monde 2009», pèse 10 kilos. Le friand voyageur avoue une attraction pour les Orients même si la cuisine française s’ouvre au monde depuis son aurore. «Les recettes du Grand Véfour», en automne 2013, raconteront la fabuleuse histoire de cette maison qui incarne à la fois Paris et sa Révolution comme, en 2003, Henri GOUGAUD conta une recette telles les fresques d’un pays lointain à partir d’une photographie et d’un texte du propriétaire du VEFOUR.

«Une recette descend du ciel, elle n’est jamais faite en cuisine, elle vient d’une flamme et j’arrêterais brutalement si cela ne m’amuse plus». Le lensois qui voulait vaincre la mort poursuit ses recherches historiques sur la cuisine savoyarde avec Monique LANSARD. Dans la montagne en solitaire qu’il estime tant, le chef bi étoilé conseille toujours une bouteille de bon vin ou un grand flacon de champagne. Au Refuge de Robert BLANC, dans la Vallée des Chapieux, en haute tarentaise, l’alpiniste émérite se souvient d’une cave encyclopédique. «La montagne impose le recueillement, un morceau de pain, une orange à l’image des jardins zen, une interprétation sur un massif, tout change toutes les cinq minutes, l’ambiance, la lumière, le bruissement d’un oiseau, les souffles du vent, le goutte à goutte de l’eau, trois cailloux qui tombent, les sensations de neige immaculée au petit matin».

L’infini poète des mouvements métaphysiques du ciel et de la poudreuse loue la grande tradition culinaire française qui cultive tous les produits et la France, seul pays où la cuisine relève d’une ontologique. «Philosophie et art de la table à la française : passer à table». Le présentateur d’«Epicerie Fine» transmet les codes en les rompant. "Ceux de chez nous", film documentaire de Sacha GUITRY sur les plus grandes personnalités de son temps notamment Claude MONET l’inspire autant que Cy TWOMBLY ou la "Collection Lambert" en Avignon. Cette œuvre livresque cohérente préserve les vertus de la transmission : «Une recette que je donne, je ne la fais plus, elle est création mentale».
Le professeur de cuisine aux nuits éclairs qui enseigne dans le monde entier (Japon par exemple), élabore la carte de la « first class » d’Air France, trace son Mont-Blanc entre l’empire TAITTINGER et les hôtels mythiques de Chamonix. Guy MARTIN, radieux, calme virevoltant, choisit ses vibrations et déguste son aubaine. «Je suis un homme de la montagne, un homme d’action, on dit juste ce qu’il faut, on fait concrètement, on en dit toujours trop, je préfère les sensations intérieures».

LIVRES DE GUY MARTIN :
«Les Recettes Gourmandes de Guy Martin », Editions du Chêne, 1996.
« Légumes », Chêne, 2000.
« Un artiste au Grand Véfour », Seuil, 2000.
« Cuisiner les fromages », Chêne, 2001.
« Vegetables », Editions Ici La Presse, 2001.
« Toute la Cuisine », Seuil, 2003.
« Contes et recettes », Seuil, 2003 .
« C’est le Sud, 100 recettes », Chêne, 2004.
« Quotidiens Gourmands – Solo & Co », Seuil, 2004.
« Les Pâtes », Chêne, 2005.
« Dictionnaire des mots de la cuisine », Hachette, 2006.
« Petits gourmands », Seuil, 2006.
« Sur la route des étoiles », Hachette, 2006.
« Gourmands de père en fils », Seuil, 2006.
« Petits Gourmets – Salé », Seuil, 2007.
« La Cuisine des Blondes », Minerva, 2007.
« Guy Martin, A la carte », Minerva, 2008.
« Le Tour du Monde en 75 recettes », Cherche-Midi, 2008.
« La Cuisine Créative », Editions Saito (Japon), 2009.
« Les Sauces indispensables », Minerva, 2009.
« L’Art de Guy Martin », Editions Saito (Japon), 2009.
« Sensing », Minerva, 2009.
« Les Cuissons indispensables », Minerva, 2010.
« Papilles », Minerva, 2010.
« Ma fiancée est carnivore » (avec Serge Levaillant), Minerva, 2011.
« Prêt à manger », La Martinière, 2011.
« Cuisine », La Martinière, 2011.

37 livres

Page :