Pour tous les goûts

Il est possible de porter des appréciations sur les restaurants comme on effeuille la marguerite !
On aime un peu, beaucoup, passionnément... et même souvent à la folie; mais parfois aussi, hélas, pas du tout.
Une liste d'humeurs à feuilleter en cliquant sur le type d'appréciation de nos chroniqueurs.
 

Château Poivre - 75014

Assurément ma voisine était une fidèle habituée des lieux sauf que le changement estival de direction, de décor et de type de cuisine semble la perturber. « Ben dis donc, je ne sais pas si les amateurs d’escargots en persillade, de poêlées de cèpes et de blanquette de veau vont s’y retrouver ». Toutes les bonnes choses ont une fin ma bonne dame et la cuisine ménagère et roborative du Château Poivre, c’est fini. Place à une nouvelle équipe...

Afaria - 75015-2007

Le Pays Basque est chez lui dans les bistrots parisiens, alors vite, Afaria avec un jeune chef venu s'installer ici pendant l'Été 2007, après avoir vu passer un "Bistrot du Sud-Ouest" et le scandinave "Soleil de Minuit". Le chef Julien Duboué est passé chez Alain Dutournier et Antoine Westermann au Drouant pour nous faire partager les plaisirs d'une gastronomie à base de produits de saison.

La Marlotte - 75006

D’entrée de jeu « y’a plus de pressé de langue de bœuf et poireau sauce gribiche ». Euh comment vous dire, c’est plutôt une bonne nouvelle parce que les souvenirs de cantine, très peu pour moi. Itou pour le saucisson en brioche et sa sauce au Porto rouge, le boudin noir de chez « Meurdeusoif » et l’andouillette grillée… avec la chaleur qui fait sur Paris, on a plutôt envie de faire léger sans tomber dans la salade, copeaux de parmesan et pignons grillés. Mais alors pourquoi diable La Marlotte et son décor d’un autre siècle et sa cuisine classique ?

Rest'O Cocotte - 92100 Boulogne

« Tu as entendu parler du Rest’O Cocotte ?». "Paraît que ça vient d’ouvrir ". « On en dit du bien ». Alors fouette cocher, saute par-dessus le périphérique, allons voir de quel bois se chauffe ce nouvel arrivant. Bigre, ce n’est pas le restaurant le plus tendance du moment.

L'Agassin - 75007

Un restaurant Italien qui ferme ses portes ! On ne va pas s’en réjouir, crier victoire mais nous avons tellement l’habitude de voir le moindre pas de porte qui se libère immédiatement transformé en trattoria que pour une fois que c’est l’inverse, nous ne pouvions manquer de saluer la performance. On la doit à André Le Letty, longtemps installé dans le 13e à l’Anacreon...

Au Reveil Samaritain- 75014

Chaque année au mois de mars, le jury de Tradition du Vin remet en grandes pompes le prix du « Meilleur Bistrot à vins de l’année »… précédente, les lenteurs administratives sans doute. Et le gagnant 2007 pour l’année 2006 est donc : Au Réveil Samaritain, sorte de grosse brasserie posée sur le boulevard Saint-Jacques comme un verre sur un tonneau.

Le Don Camillo - 75006

Depuis sa création, en 1954 , Le Don Camilo a reçu le gratin du Music Hall . De Charles Trenet à Thierry Le luron , de Bobby Lapointe à Laurent Gerra, tous ont foulé la scène de ce cabaret où se pressait le tout-paris. Aujourd’hui encore Le Don Camilo perpétue cette formule qui a fait son bonheur.

Rech - 75017

Rech, échoué sur l’avenue des Ternes comme le porte-conteneurs Rokia Delmas au large de l’île de Ré…tout le monde sait que ça existe mais personne ne tente quoique ce soit pour sauver ce qui peut encore l’être. Et puis au mois de mars dernier, un nouveau capitaine pointe ses galons, décide de redresser la barre et le tout Paris de s’ébranler sur le quai de la gourmandise pour reprendre place à bâbord et à tribord. Ce capitaine, c’est Alain Ducasse.

Rich - 75009

SAIPPPP…mais qu’est-ce que c’est ? Société Anonyme Immobilière Parisienne des Perles et des Pierres Précieuses. Et alors, le rapport avec la cuisine ? Aucun, si ce n’est que Rich s’est installé dans les anciens locaux de cette société créée en 1926 pour les diamantaires qui pouvaient y commercer en toute légalité. Cette Bourse des Pierres Précieuses est désormais un cercle de jeu réparti sur quatre niveaux. Tenue correcte exigée. Havre de paix pour joueurs occasionnels, novices ou chevronnés.

La Villa Corse - 75016

La Villa Corse, acte 2, scène 1. On connaissait déjà la version 15e arrondissement, boulevard de Grenelle, voici sa jumelle version rive droite. Ce n’est pas une annexe mais une copie conforme avec l’immense salle à manger surmontée d’une mezzanine, le salon bibliothèque avec tables basses peu pratiques pour déjeuner, la cheminée et le coin fumoir. Le décor est planté.

La Table d'Anvers - 75009

Dans un restaurant, il y a deux types de clientèle. Le lambda comme vous et moi et les autres, copains du patron qui ont le droit à la bise, à la tape dans le dos et qui surtout deviennent le centre du monde. La carte entre les mains, vous assistez à ce ballet de courtoisie et de petits sourires complices.

L'Auberge des Pré Carrés - 92700 Colombes

Mieux vaut être équipé d’un GPS avant de s’aventurer à Colombes aux Prés Carrés. Une fois arrivé, l’accueil est sympathique, mais comment dire, d’emblée je ressens que nous ne sommes pas chez des " pro " de gastronomie, mais plutôt chez des gens qui se sont reconvertis dans la restauration (d’ailleurs Marie, une des deux associés nous le confirmera durant le service).

Léna et Mimile - 75005

Quèsaco Léna et Mimile ? Une nouvelle adresse dans le 5ème ? Que nenni ! C’est au contraire une institution chez qui il est bon, de temps en temps, de s’y glisser pour goûter une savoureuse et généreuse cuisine bistrotière bourgeoise. Depuis un an, la maison s’est agrandie.

Le Cou de la Girafe -75008

Après les frères Pourcel de Montpellier qui s’installent à Paris, c’est au tour d’un Rochelais de pointer le bout de son nez dans le 8ème, à deux enjambées des Montpelliérains. Fils de restaurateur, Grégory Coutanceau , n’est pas un débutant. Il dirige déjà quatre restaurants à La Rochelle. Le voici donc à la capitale derrière les fourneaux de ce Cou de la Girafe qu’il n’a pas souhaité débaptiser.

Carte Blanche - 75009

Carte Blanche Par Philippe Toinard

95 restaurant(s)

Page :