MARGUERITE - 75018

On aime : un peu...
La partie Est du 18e arrondissement est en pleine effervescence gastronomique et personne ne s’en plaindra. Après Le Floors, l’Oxalis et quelques mois auparavant le Chéri Bibi , roulement de tambour pour le dernier né, Marguerite, en lieu et place d’un restaurant kurde.
Par Philippe Toinard
La partie Est du 18e arrondissement est en pleine effervescence gastronomique et personne ne s’en plaindra.
Après Le Floors, l’Oxalis et quelques mois auparavant le Chéri Bibi, roulement de tambour pour le dernier né, Marguerite, en lieu et place d’un restaurant kurde.
On doit à l’équipe du Bar à Thym voisin cette relance, les pieds solidement posés dans la catégorie bistrotière. On pourrait passer cent quarante trois fois devant cette Marguerite, tant la devanture ne paie pas de mine, sans se douter un seul instant qu’il y a du plaisir dans chaque plat concocté par Sidoine.
Pas de folles envolées culinaires mais simplement le bonheur de mitonner des plats traditionnels dont un certain nombre sont servis à même le poêlon en cuivre posé sur une desserte.
On soulève le couvercle, on se prend en pleine face les parfums d’un jarret de porc au praliné et l’on se sert.
Les parts sont généreuses et il est toujours bon de ne pas vider le poêlon d’un seul coup pour être certain de sortir la phrase de circonstance « quand il y en a plus, y’en a encore ». Et hop on y retourne. Second service.
Auparavant, on aura pris soin de faire la peau à des quenelles de sandre au pain d’épices ou casse croûter façon chasseur avec la terrine de gibier en pensant à ces ris de veau qui prenaient la tangente direction la table voisine, serrés de près par un risotto aux champignons. Ce sera pour la prochaine fois.
A moins que l’on opte pour la carte des viandes. Sidoine a pensé aux viandards et aux défenseurs des races Françaises.
Au programme, de l’Aubrac ou de la Normande en bavette, en rumsteck, en côte de bœuf pour deux, en entrecôte ou en faux-filet.
Et ils font plaisir à voir ces gaillards de la fourchette attaquant bille en tête ces nobles morceaux du bœuf. Et ce n’est pas le soufflé à l’absinthe qui les attend derrière qui va les empêcher de venir à bout de leurs assiettes.

Marguerite.
50, rue de Clignancourt - 75018 Paris
Tel : 01 42 51 66 18.
Menu : 15 € (café compris). Carte : de 25 à 35 €.
Métro : Château Rouge.
Fermé le samedi midi et le dimanche.

D'autres articles de restaurants

Piment Thai 21 - 75005
L'Artisan Libanais à Paris
Truffes Folies - 75007
Mama Shelter - 75020
Portraits de chef

Enthousiaste structuré aux racines céruléennes, envoûté par la tuber melanosporum, Helmi DERBAL, Chez Julien, élève le classicisme de la brasserie...

En savoir plus
Découvertes

Tout est nouveau dans le restaurant NOMICOS du chef Jean-Louis Nomicos, la décoration, la carte et la gastronomie inspirée de la Méditeranné.

En savoir plus