BANGKOK, VILLE DES EXTRÊMES. - PAR VÉRONIQUE ANDRÉ

- Ce pays qui voit déferler, chaque vacance, des hordes d’occidentaux a bien compris les règles de l’hospitalité. La Thaïlande est un monde plein de surprises, aux fréquents excès, et aux incompréhensions manifestes.

Cette Royauté dont le souverain actuel est vénéré et adulé comme un Dieu, est également une terre, à la culture ancestrale, aux croyances bouddhistes et philosophiques et à l’atmosphère nulle part égalée. Bangkok en est la capitale tentaculaire et ne dévoile pas ses attraits au premier abord.

Bangkok
Le premier regard que nous posons sur Bangkok comme sur le reste de la Thaïlande est récompensé de mille sourires….. c’est là, la chaleur Thaï, qui se joue ici de l’expansion d’une ville devenue en 50 ans dix fois plus peuplée, ce qui explique une anarchie urbaine hallucinante.

Bangkok ne laisse personne indifférent, si tout le monde ne supporte pas l’atmosphère, les multiples visages de cette ville tentaculaire offrent un cocktail explosif mélangeant sans concession, couleurs et ors, temples et Bouddhas, marchés de la nuit, et salles de massage plus ou moins sordides, chaleur suffocante et « touk-touk » intrépides qui se jouent des différents quartiers.
Abasourdi par un bruit assourdissant et un étouffante chaleur, le voyageur se retrouve au cœur d’un labyrinthe d’avenues sans fin, bordées d’une jungle de buildings de béton, devant lesquels de multiples autoroutes s’entrecroisent sur plusieurs niveaux.
Bangkok, avant d’être ensorcelante, est frénétique, effervescente, presque agaçante.
Où est la Venise de l’Orient tant vantée par « Maugham » dans ses récits du début du XXème siècle ?
Patience c’est là la clé pour comprendre cette mégapole aux extrêmes en tout genre.

Cette prospérité récente et fulgurante est en effet à l’origine des lourds problèmes de pollution, de circulation et de salubrité. Ces derniers fléaux sont d’ailleurs devenus des priorités pour les autorités.
Le « sky train » fut pour nous, le moyen de locomotion adopté très rapidement pour tout ce qui était déplacement ainsi qu’un taxi bateau pour visiter tous les monuments en bord de rivière. Nous n’oublions pas que la ville est en partie construite sur des marécages. Au futur visiteur oubliez les taxis s’ils ne sont pas chers, ils se retrouvent immanquablement dans les embouteillages permanents.

A voir en trois jours :
La ville est si riche, qu’il est impératif de se donner des priorités. Nous avons choisi les suivantes :
- La cité historique avec Le Wat Pho et le Wat Phra Kaeo : Situé dans l’enceinte du grand palais, c’est le sanctuaire le plus sacré de Thaïlande avec le temple du bouddha d’émeraude découvert en 1434.

- Le marché du week-end à Chatuchak : Ce marché est le marché de tous les superlatifs, presque 10 000 magasins, stands et gargotes y sont réunis ; On y trouve de tout, de la mode, aux fleurs en passant par les bestiaux et les babioles en tous genres : ambiance grouillante et locale !

- La maison de Jim Thomson : De nombreuses légendes entourent la disparition dans les années 60 de cet architecte américain arrivé ici après la seconde guerre mondiale. Mais on lui doit la relance du marché de la soie en Thaïlande et cette maison au cœur d’un jardin tropical est à ne pas manquer. Une autre maison du même nom propose les plus belles soies de la capitale, qui ne sont pas plus cher en rapport à une qualité exceptionnelle.

- Le Chao Phraya : Le fleuve est sillonné par de nombreux canaux (Klongs) qui jouent un rôle important dans la culture locale donne un aperçu parfait de la vie d’une certaine population de Bangkok. Louer un bateau à longue queue est un moyen très intéressant pour une autre découverte.
Ne pas oublier non plus de se promener dans « china Town », de déambuler à Pat Phong et de faire des courses au Siam Center. Le soir une visite s’impose au « Night Market »ainsi qu’un arrêt au « Beer Garden » il faut avoir vu cela au moins une fois dans sa vie !

Plus sérieusement, il faut savoir que Bangkok est réputé pour être le paradis de la restauration. Du petit stand de rue ou l’on avale une soupe de nouilles, au restaurant tendance occidental, chacun trouvera cuillère ou baguettes à son goût. Pour les « fines gueules » il est plus honnête d’avouer que l’expérience sera plus probante dans les restaurants des grands hôtels, laissant à la rue le privilège de l’exotisme.


La cuisine Thaïe :
Bien qu’elle s’inspire de la cuisine chinoise, la cuisine Thaïe, est une cuisine à part entière. On l’apprécie dans la rue en bord de trottoir, au coude à coude à toute heure de la journée. Bon marché et variée malgré les apparences les conditions d’hygiène sont néanmoins assez souvent respectées. Le seul juge en la matière sera votre estomac !
Pour les moins téméraires, d’excellents restaurants Thaïs se découvrent dans les grands hôtels.
KaÏ, les soupes, les fruits de mer Kao Man Les plats courants Thaï sont le Pat Thaï, la cuisine traditionnelle est proposé dans les plus grands restaurants et est appelé cuisine royale (recettes anciennes).
Un repas Thaï typique est composé de plusieurs plats qu’on se partage : Un curry , un plat sauté pimenté, une friture, un plat de légumes, une soupe et une omelette accompagné de riz. Les nouilles Thaï sont un incontournable en Thaïlande elles se manent à toute heure et sont véritablement délicieuses.


Hébergement à Bangkok :
Tous les guides ou agences de voyages vantent les grands hôtels en bord de fleuve. Mais Bangkok vu du côté des habitants de la ville qu’ils soient, locaux ou expatriés n’est pas tout à fait pareil. Contrairement à ce qui est souvent dit, le fleuve n’est pas le pôle central de Bangkok, tout au plus un moyen d’effleurer les multiples temples qui bordent les berges de ce fleuve souvent très mouvementé. Néanmoins pou ne pas manquer un des jolis moments que proposent la ville aller prendre le thé à l’hôtel Oriental il est un des lieux historiques de la ville . Son débarcadère privé, sa piscine et ses jardins en bord de fleuve offrent une vue à la hauteur de sa réputation. Dix lieux de restauration, une terrasse surplombant le fleuve et un petit côté désuet fait penser à une autre époque.

Hôtel Dusit Thani.
Dans cet hôtel quatre étoiles qui fait partie de la chaîne Thaïlandaise éponyme plusieurs restaurants et bars s’offrent à une clientèle plutôt locale.
Les habituels restaurants buffets ouverts sans interruption, buffets d’appoint en bord de piscine mais aussi un restaurant Thaï très réputé puisqu’il est fréquemment visité par la famille royale.
Ce restaurant de cuisine traditionnelle est tenu par un honorable chef Thaï et supervisé par L’exécutif chef Paolo Randone, un italien haut en couleurs.

Mais ce qui a retenu notre attention est le restaurant des frères jumeaux Pourcel qui sont installés en haut de la tour avec une vue en arc de cercle sur une partie de la ville et les très chics jardins Lupini.
Hôtel Dusit Thani-946 Rama IV Road Bankok - +66200 9000.
Voir le Site de l'hôtel Dusit Thani


D’Sens.
Incontestablement, à nos yeux le meilleur restaurant de la ville. Sans aucun chauvinisme, le jeune Philippe Keller exécute ici une cuisine de très grande qualité où saveurs occidentales et produits de même provenance se marient harmonieusement avec des subtilités Thaïlandaises sans laisser le palais anesthésier par trop d’épices. La salle de restaurant épouse les codes chers aux Pourcel, tonalité orange et chocolat pour les fauteuils, grands rideaux plissés blancs pour séparer les différentes alcôves privatives et lumière orangée.
Le reste est dans la vue féerique sur les jardins de « Lumpini Park » , car le restaurant est bordé d’immenses baies vitrées donnant sur lrs lumières de la ville. On mange, des produits de haute qualité comme ce foie gras de canard poêlé et croustillant de pain d’épices émulsion de vin rouge, une ventrêche de thon gras Japonais marinés à l’huile de cacahuète pousses de salade et mille feuille de tomate ou encore ce filet de loup rôti et cannellonis de blettes et céleris, jus de rôti truffé.
En dessert la déclinaison autour de la figue arrosé d’un léger côte du Ventoux terminait ce repas, très certainement le meilleur du voyage.
A noter : Menu affaires trois plats 17€, un prix qui fait rêver !
A ne pas rater, faire un petit tour du côté des toilettes pour hommes, vous serez étonné de la vue !
D’Sens : Hôtel Dusit Thani : 946 Rama IV Road - +66 2200 9000.

Hôtel Four Seasons .
Seule chaîne au monde ou j’ai l’impression de me retrouver chez moi à n’importe quel méridien du globe. L’accueil y est d’une gentillesse réelle et d’une déférence nulle part égalée. Les chambres du Four Seasons Bangkok sont comme toujours élégantes et claires, celles ci ont vue sur le très chic Royal Bangkok Sport club. Dans un jardin arboré entouré de buildings une piscine de belle taille et un spa de grand luxe font oublier les bruits de la rue.
Plusieurs restaurants internationaux, un Japonais, un steak House, un savoureux italien et un Thaï de très belle réputation régalent les papilles les plus difficiles. A noter chaque année le Four Seasons est le point de mire des gastronomes de tous continents avec son festival gastronomique de chefs internationaux organisé par Nicolas Schneller, Chef Exécutif du Four Seasons Bangkok.
L’exceptionnel service du Four Seasons Bangkok est celui que les voyageurs les plus gâtés du monde attendent. Sous la houlette du directeur général Patrick Ghielmetti une équipe bien soudée et très professionnelle dispense incontestablement le meilleur de la mégapole surexcitée.
Hôtel Four Seasons : 155 Rajadamri Road, Bangkok– Tél : 66 (0) 2 250-1000.
Voir le Site du Four Seasons

The Eugenia .
Un style colonial totalement atypique pour cette adresse un peu secrète qui reste un boutique hôtel au charme attirant en plein cœur de la folie du centre de Bangkok. Avec ses douze chambres, cet hôtel bourré de charme vient de se voir doter de l’estampille Relais & Châteaux depuis ce début d’année 2008.
The Eugénia : 267 Thanon Sukumit soï 31 – Tél : 02 259 90115.


A emporter : le petit Futé sur la Thaïlande il est très bien fait pour tous les goût et parfaitement à jour. : www.petitfuté.com

Sur place : essayer de trouver « le city guide » il propose une visite rapide de tous les lieux qui sont essentiels, mais aussi offre une vue de la ville moins touristique un peu plus secrète.


Photos : 1 : La guirlande de Boudhas au Palais Royal – 2 : Un garde géant à l’entrée du temple - 3 : La salle du D’Sens à l’hôtel Dusit Thani - 4 : Le chef Philippe Keller du D’Sens - 5 : L’entrée de l’hôtel Four Seasons.

D'autres voyages

Les papilles de Hong Kong - Par Véronique André
Cucina Byblos Saint-Tropez
Le Food & Wine de Melbourne souffle ses 20 bougies - Par Véronique André - Photos Cornelia van der Putten
Los Angeles par Maxime Landemaine
Découvertes

LE DRUGSTORE a ouvert ses portes le 23 mai 2017, dans un cadre élégant et confortable du designer Tom Dixon avec une gastronomie confiée au chef 3 étoiles Eric Frechon....

En savoir plus