Découvrir RESTAURANT AU PETIT TONNEAU

Vous avez oublié les années 50 - ou vous ne les avez pas connues. Comment étaient donc les restaurants pendant la IVe République, avant 1959 ? C'était bien avant l'arrivée de la "Nouvelle Cuisine", avant la découverte de la cuisine "fusion", ou avant le révolutionnaire "Fooding®" ; bien avant les chefs stars des plateaux de télévision, les couvertures des magazines, les gros contrats de l'industrie agro-alimentaire. ... ouvrez bien les yeux car "ça c'était avant ! A Paris, le restaurant AU PETIT TONNEAU fait voyager dans le passé.
Il reste encore à Paris - et plus encore dans les régions - malgré le temps qui passe, de ces adresses d'antan où "la cuisine de femme" est restée en vigueur en dépit des changements de cuisinier.
Ce sont des restaurants à chérir, à fréquenter avec respect, des lieux pour des repas de commémorations, pour savoir d'où l'on vient.

Le restaurant AU PETIT TONNEAU tenu durant plusieurs dizaines d'années par Ginette Boyer appartient à la catégorie des restaurants du "Commissaire Maigret" dont une plaque en cuivre à l'emplacement de sa table atteste de sa fidélité.

En septembre 2011 Ginette Boyer a transmis son restaurant à une amie Arlette Iga la nouvelle patronne, pour y poursuivre la cuisine de tradition française.
Dans cette maison bi-centenaire, l'ambiance bon enfant et la belle cuisine ménagère qui privilégie les bons produits, sont de rigueur. Point de fioritures, de vinaigre balsamique traversant l'assiette, de présentations alambiquées, d'ambiance lounge ; ici on est "avant" !

En cuisine le jeune chef Jais Mimoun qui a travaillé avec Eric Fréchon, annonce les lentilles au lard, la rosette de Lyon, les asperges blanches, les escargots de Bourgogne, les omelettes au choix, les oeufs en meurette, les lentilles aux queues d'écrevisses, la salade bressane, le rognon de veau sauce Madère, la blanquette de veau à l'ancienne remarquable en tous points et riche en sauce, le chateaubriand de Salers au poivre, le magret de canard au poivre vert, l'andouillette de Troyes dijonnaise, le macaroni gratiné au parmesan à la crème de truffe, le carré d'agneau rôti au thym, le bar au beurre blanc, ou le colin meunière.

Avec en accompagnement sur mesure, au choix, riz, ratatouille, pommes de terre sautées, gratin dauphinois, ou fenouil.

Pour le dessert, on se laisse tenter par la mousse au chocolat, la crème au caramel, la tarte Tatin, la tarte citron, ou le clafoutis aux fruits.

La décoration des années 50, dans son jus, avec un comptoir en bois, des carreaux sur le sol, la banquette traditionnelle et les nappes à carreaux fait voyager dans le passé.
C'est furieusement réjouissant de se régaler aujourd'hui comme on a pu le faire dans le temps et de constater que ce plaisir se transmet bien. Coup de coeur d'office !
Quelques tables sont posées en devanture aux beaux jours.

Le menu du déjeuner à 22 € pour entrée, plat et dessert est une bonne affaire.
Le soir menu à 37 € pour entrée, plat, fromage ou dessert.
A la carte comptez environ de 23 à 50 €.

Service de 12h à 14h et de 19h15 jusqu'à 22h15.
Fermé lundi et mardi.

Photos : 1 : La salle du restaurant - 2 : Le macaroni gratiné au parmesan à la crème de truffe - 3 : La blanquette de veau à l'ancienne - 4 : La tarte citron - 5 : La banquette avec la table du Commissaire Maigret.

Au Petit Tonneau
20, rue Surcouf - 75007 Paris
Tel : 01 47 05 09 01


AU PETIT TONNEAU

En septembre 2011 Ginette Boyer a transmis son restaurant Au Petit Tonneau à Arlette Iga la nouvelle patronne, pour y poursuivre la cuisine de tradition française.
Dans ce...

D'autres découvertes de restaurants

Mini Palais
Le Petit Pergolèse
Balagan, une cuisine bien balancée
Le Style Baumanière
Portraits de chef

A la promptitude des lumières, sous les ors lissés et les lambris plissés du plus bel hôtel de luxe du monde, Eric BRIFFARD, dans son immense prétention à...

En savoir plus

Giuseppe MESSINA, directeur de « Non solo cucina » et « Non solo pizze " tonique bienheureux dans sa petite maison de la rue du Ranelagh.

En savoir plus