D'INNSBRUCK À INTERALPEN TYROL - PAR VÉRONIQUE ANDRÉ

Innsbruck, la capitale du Tyrol située au cœur des Alpes est la plus grande ville de la région. À la fois ville baroque ville olympique et ville de congrès on la visite aussi pour son palais impérial et le château D’Ambras.
Un tout nouveau téléphérique, mais aussi le Bergisel (la montagne des héros), la basilique Wilten mais aussi la fonderie des cloches Grassmayr, la cabinet de curiosités du château d’Ambras ou encore l’arc de triomphe et le toit d’or de Dürer sont autant d’attraits pour les visiteurs de tous pays environnants.
Nous avons préféré découvrir les gourmandises d’Innsbruck au riche héritage culturel de l’ancienne résidence des Habsbourg et vous proposons un petit guide des gourmandises Tyroliennes. Il faut au moins cela pour parcourir les 3 500 kilomètres de pistes de ski les plus prisées d’Europe.
La cuisine fait partie de la culture du Tyrol. De chaque côté de l’Inn ou encore en haut des cimes. Tous les refuges et les restaurants d’altitude proposent d’authentiques spécialités culinaires. Des recettes originales comme le Tiroler Gröstl qui est une poêlée de pommes de terre sautée avec des oignons des saucisses et du lard et agrémentée de marjolaine et de persil puis recouverte d’un œuf au plat.
En dessert le Kaiserschmarrn est une sorte de grosse crêpe montée en neige et recouverte de sucre elle ressemble à une tortilla espagnole. Des pâtisseries renommées comme le Café Sacher (on trouve les petits frères à Salsbourg et à Vienne ) - où l’on déguste le fameux gâteau au chocolat du même nom.
Il y aussi le salon de thé Munding, le plus ancien de la ville. Connu depuis 1803 Munding était le fournisseur attitré de l’archiduc du Tyrol et du prince Prince Louis de Saxe, Cobourg en pâtisserie et boulangerie. On lui doit surtout les premières crèmes glacées, mais aussi ce bonbon de massepin, de chocolat noir, couvert de caramel.
Aujourd’hui on se déplace dans ce lieu pour le chocolat chaud assez étonnant : servi avec une boule de chocolat noir que l’on dilue soi-même dans un verre de lait chaud, avant de le recouvrir d’une crème chantilly du plus bel effet.
N’oublions pas ce restaurant à mi hauteur entre le cœur de la ville et la montagne. On accède à « Wirtshaus Schöneck » cet ancien pavillon de chasse impériale par le funiculaire et l’on s’arrête à la première station. C’est là que Alfred Millers a posé ses valises pour dispenser une cuisine gourmande 100% tyrolienne. Avec vue sur la rivière Inn en contrebas le lieu est convivial. Un restaurant typique lambrissé de bois avec un menu autrichien qui tient au corps à midi il paraît que le soir les assiettes sont plus classique et chic.

Mais notre préférence va se poser à quelques vingt minutes de voiture à l’hôtel Interalpen. Sur les dessus de Seefeld, cet hôtel 5 étoiles, est l’un des plus beaux endroits enneigés que je connaisse.
Les people y sont à l’abri, les enfants bien gardés, la clientèle élégante et internationale reste sportive mais pas trop ! Ici on est au cœur du plus grand champ de neige du Tyrol. Avec la forme d’un chalet gigantesque il a vu sur les Alpes et s’auto suffit à lui même. Disposant du plus grand spa d’Europe, une piscine Olympique ravit tous les nageurs sur 50 mètres de longueur passant de l’intérieur à l’extérieur.
L'espace petit déjeuner entame chaque jour de vacances de façon rayonnante. Mais le soir, le chef Christoph Zangerl propose des menus de toute beauté. Les salles à manger dans le style Stube sont cosy et très tyroliennes et çà on adore, d’autant plus que pour le dîner, ici, on se doit d’être élégant. Service charmant, en Dirdlen bien sûr, proposant avec le sourire des menus raffinés.
Les plats bien ciselés et savoureux, inventifs et généreux un chef de haut niveau. Les entrées se choisissent au buffet pantagruélique mais soupes et plats suivants comme les desserts sont servis à la place pour un menu de six plats. Une possibilité de dîner à la table du chef si vous êtes une petite douzaine, le chef cuisinera alors devant vous dans un lieu à part propice à la haute cuisine. Une jolie escapade gourmande dans un Tyrol enneigé.
Au menu : selle de chevreuil à la courge et aux champignons, risotto aux salsifis, ou véritable escalope de veau à la viennoise, panée et sans sauce, juste accompagnée d’un filet de citron un petit bonheur.
Le second restaurant réputé est celui du Spa avec entrée directe à la piscine et vue sur la chaine des Alpes. On y mangera light ou détox pour des consommés ou encore des poissons de toute beauté en tempura.
Chacun des restaurants a sa propre boulangerie ce qui damnera les papilles les plus raisonnables !
PRATIQUE :
- Office du tourisme du Tyrol :
Maria-Theresien - Strasse 55 Innsbruck - Tél : +43 512 5320 326
- Restaurant Wirtshaus Schoneck : Weiherburgasse 6 - T : +43 512 27 27 28
- Café Sacher : Rennweg 1 - Innsbruck - Tél : +43 512 56 56 26
- Salon de thé Mundig : Kiebachgasse 16 - Innsbruck - Tél : +43 512 58 41 18
- Interalpen : A-6410 Telfs-Buchen / Seefeld - Tél : +43 (0) 50809-30

D'autres voyages

Un week-end de faste à La« Mamounia ». - Par Véronique André
Pêche du jour à Saint Barth
FÊTES DE BAYONNE ... ET DU JAMBON - Par Véronique André / Photos Serge Moulia
Escale culinaire à Macao - Par Ludovic Bischoff
Découvertes

Le jeune chef Jean-Baptiste Lavergne-Morazzani a ouvert en mars 2015 son restaurant LA TABLE DU 11 face à la place ombragée de la Cathédrale Saint-Louis, en lieu et place de "L'Imprévu".

En savoir plus