NENI, LA CUISINE ISRAÉLIENNE S'INVITE À PARIS !

On aime : beaucoup...
  • Restaurant Neni : La salle
  • Restaurant Neni : Déclinaison de mezzés
  • Restaurant Neni : Loup de mer brocolis sauvages
  • Restaurant Neni : Sandwich au bœuf braisé
  • Restaurant Neni : Knafeh
Au sein de l'hôtel 25 Hours, qui fait face à la Gare du Nord, le restaurant Neni propose la superbe cuisine très « comfort food » de la cheffe israélienne Haya Molcho.  
Par Ludovic Bischoff

Un restaurant d'hôtel, c'est parfois bien décevant. Mais quand l'hôtel n'a rien à voir avec un hôtel classique, sa table vous réserve bien des surprises ! C'est le cas du Neni, le resto ouvert au sein de l'hôtel 25Hours, face à la gare du Nord. La petite chaine 25Hours débarque ainsi à Paris avec un concept qui fait des étincelles : des chambres à la décoration hyper originales et des espaces communs plein de vie. En s’installant dans le 10ème arrondissement très métissé et multiculturel, le 25Hours a invité toute la diversité de la rue dans ses murs. On retrouve donc un style très coloré, inspiré de l'Afrique ou de l'Inde sur ses murs, dans ses chambres. On peut aller prendre un verre dans le Sape Bar inspiré des sapeurs africains pour découvrir les supers cocktails Jorg Meyer, un célèbre barman de Hambourg qui pilote les bars de cette petite chaine d'hôtels née en Allemagne. Et dès l'entrée de l'hôtel, le lobby est chargé d'étals vendant des produits exotiques ou fashion (dont les fringues de Maison Château Rouge, quartier oblige !). Bref, le 25Hours est un hôtel hype, pour clientèle de « frequent travelers » habitués à résider dans un hôtel où les gens du quartier viennent aussi prendre un verre. Et c'est bien toute cette ambiance que l'on retrouve au restaurant.
 
Neni sert une cuisine israélienne forcément cosmopolite et influencée par les gastronomies d'Europe de l'Est, des Etats-Unis et du Proche Orient. La salle est à l'image de l'hôtel, ouverte et colorée. On s'installe autour de petites tables posées sur des tapis. Les murs regorgent de tableaux et de bibelots. Un grand canapé vous donne l'impression d'être chez votre grand-mère. Bref, c'est toute la joie de vivre et l'hospitalité israélienne qui s'invite ici. Le concept Neni a été lancé dans le 25hours de Vienne par l’israélienne Haya Molcho et il est décliné avec bonheur à Paris pour tous ceux qui aiment la street-food de Tel Aviv revisitée avec un peu plus de grâce et d'attention.
 
Quant au menu... Mieux vaut venir avec le ventre vide, car vous allez vite le remplir ! On débute par un carrousel de « mezzés » très gourmands. Du houmous, évidement, parfait d'onctuosité et juste relevé d'une pointe d’épices.  Les « falafels préférés de Nuriel », du nom d'un des fils de la cheffe, servis avec une sauce tahini, sont exceptionnels : tendre et léger à la fois, une vraie réussite. Très bien aussi la patate douce cuite au four, le babaganoush (caviar d’aubergine servit avec des graines de grenade et un pain pita qui, lui, pourrait être un peu plus léger, un peu moins spongieux...) est aussi très réussi. Le poireau grillé servit avec de la feta apporte une touche de fraicheur et le sakuska (caviar de tomate, poivron et aubergine cuites au four) est aussi très savoureux. Voilà un plateau qui alterne le sucré et le piquant, le moelleux et le croustillant, parfait pour refaire le monde en prenant son temps (et en testant la limonada comme à Tel Aviv, si fraiche et désaltérante...). Les entrées sont facturées entre 7 et 9 euros la portion, ce qui est très raisonnable étant donné la qualité des produits et leur préparation.
 
Si vous avez gardé un peu de place dans un estomac déjà bien rempli, la carte des plats vous fera de l'oeil avec une courte sélection assez créative. Le loup de mer servit avec des brocolis sauvages tendres est vraiment une réussite. Le sandwich au bœuf braisé, l'un des best seller de Neni, conviendra ça ceux qui ont une grosse faim. Avec ses frites de patate douce, voilà un plat de street food bien troussé, très comfort food ! Comptez 28 et 25 euros pour ces deux plats, un tarif un peu élevé pour le coup, surtout comparé aux mezzés, un peu de retenue dans les prix des « plats principaux » serait bienvenue...
 
La carte des desserts, elle, peut déconcerter un peu car très originale, surtout en France, pays où la pâtisserie se vit comme un art. On trouve bien un cheescake qui rassure, mais le knafeh devrait en étonner plus d'un. Il s'agit de kadayif (cheveux d'ange sucrés) grillés et fourrés à la mozzarella et à la ricotta, avec des pistaches hachées et une glace au yaourt maison. Disons que c'est surprenant. Pas la meilleure expérience du repas, mais sans doute aussi par manque d'habitude d'un tel dessert. Pour les aventuriers du goût et ceux qui ont encore faim après un tel festin, c'est assurément un dessert à tenter...
 
Au final, Neni est une très bonne table proposant une cuisine israélienne qui est de plus en plus populaire à Paris. Et c'est une bonne chose, car c'est délicieux et convivial. Comme ce 25Hours où l'on rencontre le monde entier, autour d'une table joyeuse !
 
Photos : 1 : La salle du Neni - 2 : Déclinaison de mezzés - 3:  Le loup de mer et brocolis sauvages - 4 : Le sandwich au bœuf braisé - 5 : En dessert, un knafeh<<;

Neni est situé au sein du 25 Hours Hotel Terminus Nord
12, Boulevard de Denain - 75010 Paris

 

D'autres articles de restaurants

Gordon Ramsay au Trianon - 78000
Lune par Pierre Rigothier
Le Pantruche - 75009
Charivari - 75006
Portraits de chef

Emerge, tout à trac, une génération de femmes, doucement, au piano. Anne-Sophie PIC-SINAPIAN marque l’époque.

En savoir plus
Découvertes

Le jeune chef Maxime Vilatte a ouvert dans une rue tranquille proche du marché Saint-Charles, son restaurant L'ARDOISE DU XV au printemps 2012 ; auparavent le chef a travaillé avec Philippe...

En savoir plus