LA CAN TIN’H - 92100 BOULOGNE

On aime : beaucoup...
Me voici enfin réconcilié avec la cuisine asiatique. Tous ces restaurants Chinois qui proposent des spécialités Thaïlandaises ou Vietnamiennes, j’avais du mal à saisir. Un peu comme si un Périgourdin se mettait à faire des crêpes et des galettes ou un Provençal, des Kouglof. Ajoutez à cela, quelques stocks de viandes et de poissons avariés récemment saisis et vous comprendrez pourquoi je ne mettais jamais les pieds dans un restaurant de ce type. Ceci était vrai jusqu’à ce que je découvre La Can Tin’h, un petit restaurant de cuisine Vietnamienne, tenu par Irène et Valérie.
Par Philippe Toinard

Me voici enfin réconcilié avec la cuisine asiatique. Tous ces restaurants Chinois qui proposent des spécialités Thaïlandaises ou Vietnamiennes, j’avais du mal à saisir. Un peu comme si un Périgourdin se mettait à faire des crêpes et des galettes ou un Provençal, des Kouglof.
Ajoutez à cela, quelques stocks de viandes et de poissons avariés récemment saisis et vous comprendrez pourquoi je ne mettais jamais les pieds dans un restaurant de ce type.

Ceci était vrai jusqu’à ce que je découvre La Can Tin’h, un petit restaurant de cuisine Vietnamienne, tenu par Irène et Valérie, deux ex du monde du luxe, passionnées par l’Asie, l’une pour des raisons familiales, la seconde pour y avoir beaucoup voyagé. Installées à deux pas du stade Pierre de Coubertin et à deux enjambées du siège de TF1, les deux amies ont créé un charmant repère de cuisine vietnamienne élaborée à base de produits frais, d’épices et d’herbes sans ajout d’exhausteur de goût…la cuisine asiatique comme on la rêve.
Pour preuve, une carte courte qui comporte quatre entrées, une dizaine de plats et trois desserts. On se partage une assiette de nems, qui sont des spécialités Vietnamiennes et non Chinoises, qu’on se le dise une bonne fois pour toutes, puis arrive le bœuf à la citronnelle et le riz blanc parfumé. Les parfums et les saveurs sont d’une justesse, le riz est d’une légèreté insoupçonnée. Même sentiment pour la soupe Pho, une soupe typique du Nord du Vietnam à base de bouillon de bœuf et de pâte de riz.
Si quelques vins sont proposés au verre, on se laisse porter vers des boissons rafraîchissantes comme l’eau gazeuse à la pomme verte ou l’étonnant jus de coco frais.
Et même si les assiettes sont copieuses, on ne passe pas à côté des desserts. Le Mascaron mais surtout, notre coup de cœur, le Yoyo, un savant mélange de litchi, de framboises et de yaourt à la vanille allégé.
La Can Tin’h.
5, rue de Vanves.
92100 Boulogne.
Tél. : 01 46 08 14 12.
Menu au déjeuner : 14 ou 16 €. Carte : de 17,10 € à 22,50 €.
Fermé samedi et dimanche et tous les soirs de la semaine sauf jeudi.

D'autres articles de restaurants

Helem - 75002
Chiquette hôtel de Cinq Codet
Le Petit Bordelais - 75007 - bis
La Rosa - 75017
Portraits de chef

Issu de l’une des premières promotions FERRANDI, radieux équilibré épanoui, sain coureur de fond perspicace au cœur du 7ème, parigot pur sucre natif...

En savoir plus
Découvertes

Durant 10 jours en décembre 2012 au Royal Monceau, le restaurant IL CARPACCIO du chef Roberto Rispoli a reçu en invité spécial l’italien Matteo Temperini, chef étoilé du mythique hôtel...

En savoir plus