LES ROSÉS DU JURA

Par Sophie Guichard
 
L’été, place aux vins rosés, et pour une fois oublions les vins de Provence. Parlons de vins qui ont du corps, du nez, des arômes de petits fruits rouges, et un peu de couleurs aux joues. Parlons des rosés du Jura, tranquilles ou pas, dont la diversité et l’originalité sont à l image de ce vignoble réputé.

Déjà, ils proviennent de cépages singuliers comme le poulsard, un autochtone lumineux et fruité, le trousseau, fin et épicé, ou l’indétrônable pinot noir, souple et corsé. La part belle étant faite aux fruits, ces vins sont résolument légers pour le corps comme pour l’esprit, secs et d’une grande fraîcheur. Leurs couleurs peuvent varier du rose clair à des teintes plus soutenues, mais ici ce n’est pas la course à la transparence qui prime, c’est le bon équilibre.
 
Version bulles, le crémant du Jura a le vent en poupe. Il a fait son apparition dans le Jura dès le 18eme siècle, avant d’être reconnu et célébré par une AOC en 1995. Les 5 cépages jurassiens peuvent entrer dans sa composition selon le goût du vigneron. L’AOC impose que les raisins soient vendangés à la main, transportés dans des caisses percées pour que le jus ne s’oxyde pas puis pressurés en grappes entières comme jadis. Le crémant rosé arbore lui aussi des arômes de petits fruits rouges et sa bonne tenue lui permet de rivaliser la bulle haute avec ses semblables natifs de Bourgogne, d’Alsace, ou de Loire. C’est à l’apéritif ou autour de barbecues que cet effervescent donne toute sa mesure.

Maintenant des noms pour goûter ces nectars! Sous les appellations cotes du Jura ou Arbois vous trouverez d’excellents rosés secs. Tentez le Rosé LN, du domaine Berthet Bondet, 9,80 € départ cave, l’Arbois rosé Découverte 1918, de Jacques Tissot, 8,50 €, l’Audacieuse 2018 du domaine Baud , 7,50€ ou le côte du Jura rosé floral de la fruitière de Voiteur, 6,70€. Parmi  les effervescents, on a un faible pour le crémant rosé Marcel Cabelier, 7,50 €, le crémant rosé Domaine de Savagny, 10,50€, le crémant rosé du domaine Berthet Bondet, 9,80 €, sans oublier l’original Frais Nesie du domaine Baud, 10 € , ou celui de Daniel Dugois, 8,80 € .

Et n’oubliez pas ! Il faut les consommer rapidement, ce ne sont pas des vins de garde !
 

D'autres vins

Château DauzacPar Sophie Guichard
Château Villefranche - Graves
Château de Pibarnon, rosé 2009 Par Sophie Guichard
Un nouveau Chinon Par Dominique Nolin
Découvertes

LE GRAND VÉFOUR est dirigé de main de maître par Guy Martin, un Chef extraordinaire au talent reconnu qui a su redonner lustre et prestige à cette Grande Maison. Cette Grande Table,...

En savoir plus