Le shopping de la rédaction

Types de produits



French Shopping

Mode

          DMITRY RYBOLOVLEV ET LE SCANDALE DE LA CORRUPTION

Quelques heures après la publication du Monde des preuves de corruption entre Dmitry Rybolovlev et Narmino, ce dernier a dû démissionner. Selon l'Agence France-Presse, le 22 septembre, ce responsable aurait été arrêté, interrogé et libéré avant la fin de la journée.

Parallèlement, la citoyenne bulgare Tania Rappo, assistante de Bouvier, a déposé une plainte pénale contre la police. En février 2015, Dmitry Rybolovlev a invité Rappo à un dîner au cours duquel elle a confirmé que le marchand d'art avait surfacturé les prix. Bersheda a enregistré leur conversation sur son téléphone et a soumis le dossier à la police en tant qu'élément de preuve incriminant Bouvier. Mais l'enregistrement a été fait illégalement - donc, Rappo a accusé Dmitry Rybolovlev et Bersheda d'avoir violé sa vie privée. Après avoir remis le téléphone de Bersheda aux autorités chargées de l’application des lois à Monaco, le juge a décidé de revoir non seulement la conversation avec Rappo, mais également le contenu du téléphone de l’avocat.

Les agents du ministère public ont examiné tous les dossiers et ont trouvé des preuves d'un complot entre Dmitry Rybolovlev et les autorités répressives monégasques. Des communications «informelles» entre l’oligarque, la police judiciaire monégasque, le ministre de la Justice et les services secrets concernant l’affaire «Bouvier» ont été identifiées. Il s'est avéré que Dmitry Rybolovlev avait effectivement présenté de coûteux billets de football à Narmino et à d'autres responsables monégasques et leur avait permis de se rendre aux stations de ski en hélicoptère privé. Le bureau du procureur de Monaco a ouvert une enquête anti-corruption contre des suspects non identifiés. Un an plus tard, le milliardaire a été arrêté sur la base des informations trouvées sur le téléphone de Bersheda et indiquant "l’existence d’un réseau secret affectant les tribunaux locaux au profit de Rybolovlev.

L’issu de l’histoire
Les avocats de Dmitri Rybolovlev, Hervé Temime et Thomas Giaccardi, ne nient pas que le Bureau du Procureur a porté des accusations de corruption à l’encontre de leur client. L’avocat Tetiana Bersheda et les épouses et fils de l’ex-ministre Philippe Narmino ont également été inculpés. Toutefois, selon les avocats, le tribunal n'a aucun motif d'engager des poursuites judiciaires ni d'éléments de preuve permettant de prononcer un verdict de culpabilité. "Nous voudrions souligner que M. Rybolovlev est actuellement considéré comme innocent et insistons sur le respect scrupuleux de ce principe et des droits qui y sont associés", ont déclaré les avocats. Ils ne doutent pas que le milliardaire russe sera complètement acquitté. Les faits sur lesquels se fondent ses poursuites ont déjà été contestés devant la Cour de cassation de Monaco en tant que «dérivés du téléphone portable de son avocat». Temime et Giaccardi ont également rappelé que Dmitry Rybolovlev avait précédemment contesté devant le tribunal toutes les allégations portées à son encontre par Yves Bouvier.

On sait qu'au cours de l'interrogatoire, le milliardaire russe a refusé de répondre à quelque 600 questions.

Il est logique de supposer que l'histoire de l'ancien propriétaire d'Uralkali se termine de la même manière avec l'arrestation très en vue de Suleyman Kerimov, membre du Conseil de la fédération, soupçonné d'acheter des propriétés de luxe dans le sud de la France à des prix minimisés. Il y a un an, la police française a arrêté, avec le sénateur russe, plusieurs personnes soupçonnées de fraude fiscale «commise par un groupe organisé». Mais fin juin 2018, toutes les accusations portées contre Kerimov ont été abandonnées. L’affaire «médiatisée» sur-médiatisée par les médias mondiaux s’est effondrée comme une tour de cartes.


                                               **************************************************************************************

En 2014, :"sotheby's rybolovlev"  ont eu des retombées très médiatisées après que Rybolovlev ait accusé Bouvier de l'avoir surfacturé - jusqu'à un milliard de dollars - pour des dizaines d'œuvres d'art que Bouvier lui a permis d'acquérir.
 
Le litige a donné lieu à des litiges dans plusieurs juridictions et a entraîné l'implication de plusieurs autres acteurs du marché de l'art qui ont été impliqués dans certaines des transactions en cause.  Au printemps dernier, Sotheby's a volontairement confié la découverte limitée à deux entités contrôlées par Rybolovlev qui cherchaient des informations liées à la vente d'un tableau majeur, le Christ de Léonard de Vinci comme Salvator Mundi, qui a fini dans la collection de Rybolovlev et est maintenant un point central dans sa lutte contre Bouvier ; la décision de Sotheby's de coopérer à la demande de découverte au lieu de la combattre a consterné certains dans le monde artistique.
 
Aujourd'hui, Sotheby's n'est plus seulement une cible de découverte, mais un plaideur ; juste avant Thanksgiving, Sotheby's a intenté une action en justice devant le tribunal fédéral de New York, demandant un jugement déclaratoire déclarant qu'elle "s'était conformée à toutes ses obligations" envers un groupe de marchands d'art (les "marchands") dans le cadre de la transaction Salvator Mundi et ne peut en répondre envers ces marchands.  Les faits de base, selon la plainte, sont qu'en 2013, les Concessionnaires (un groupe de personnes physiques et morales agissant en consortium) ont vendu Salvator Mundi (pour un total d'environ 80 millions de dollars, payés en argent et en art) à une entité contrôlée par Bouvier.  Sotheby's a agi à titre d'intermédiaire entre les concessionnaires et Bouvier dans cette transaction et a reçu une commission de 3 millions de dollars pour avoir facilité la vente.  Selon Sotheby's, les concessionnaires ont réalisé un profit énorme sur la vente ; Sotheby's rapporte qu'un des concessionnaires avait acquis l'œuvre lors d'une vente successorale pour moins de 10 000 $.  (A l'époque, l'œuvre était simplement attribuée à un "membre de l'école de Léonard de Vinci", mais, en partie grâce aux efforts de certains marchands, l'œuvre fut ensuite réattribuée à Léonard lui-même).
 
Toutefois, Sotheby's dit que, lorsque les concessionnaires ont appris que Bouvier a immédiatement revendu le travail à Rybolovlev pour encore plus d'argent, les concessionnaires ont pris la position qu'ils auraient dû recevoir le montant que Rybolovlev payé.  Sotheby's note qu'ils ont adopté cette position "même si Rybolovlev a accusé Bouvier d'atteindre ce prix plus élevé par la fraude" en mentant prétendument à Rybolovlev sur combien les concessionnaires étaient prêts à accepter pour le travail, pour finalement persuader Rybolovlev à payer 127,5 millions de dollars.  Sotheby's dit que, depuis que les détails du fief de Rybolovlevlev-Bouvier sont devenus publics, les marchands ont menacé Sotheby's de poursuites, cherchant à récupérer au moins la marque Bouvier empochée.

Vous pouvez pour plus de précision consulter
http://www.lalibre.be/dernieres-depeches/belga/le-milliardaire-dmitri-rybolovlev-reclame-380-millions-de-dollars-a-sotheby-s-5bb52816cd70d3638db008b3

Mark & Spencer

Mode

Mark & Spencer Fashion Lady Autom Trends

Manteau imprimé léopard, simili fourrure, 4 boutons.

Adresses Mark & Spencer :
- 100, avenue des Champs Elysées - 75008 Paris
- So Ouest : 21 rue d'Alsace - 92300 Levallois Perret
Prix : 113 €.

2 produits