CAOL ILA , UN FLEURON D’ISLAY - PAR SOPHIE GUICHARD

- L’île d’Islay est la plus méridionale de l’archipel des Hébrides, à l’ouest de l’Ecosse. Balayée par les vents et les embruns, elle est recouverte en grande partie de tourbières.

C’est cette tourbe , qui , après avoir macéré dans l’eau salée et iodée, va servir au séchage du malt, et lui conférer ces qualités qui font le charme et la puissance de ses whiskies .

Islay compte 8 distilleries qui produisent des single malts au goût unique au monde. Caol Ila, est l’une d’elle. Le 12 ans d’âge est parfait pour s’initier doucement à la production insulaire.

Ce whisky, à la couleur jaune paille, n’est pas aussi tourbé que ses voisins .Il fait preuve d’un bel équilibre, à la fois doux et riche, huileux et fruité, légèrement iodé, avec un soupçon de fumée qui reste en bouche.
Ce n’est pas un whisky qui décoiffe , mais on apprécie cette force tranquille qui se laisse déguster avec plaisir. Pour connaître des sensations plus fortes, il faudra tenter d’autres productions de l’île.
En attendant, le 12 ans d’âge marque déjà une étape décisive vers ces malts venus d’Islay.

Pour Noël, la bouteille de Caol Ila s’accompagne d’une flasque en aluminium gravé qui se glisse dans la poche, pour les amateurs de beaux objets.
Caol Ila, 12 ans, 32 € dans les grandes surfaces.

D'autres boissons

La bière Tripel Hop de Duvel - Par Dominique Nolin
Le single malt Bowmore - Par Sophie Guichard
Laurent CAZOTTES : distillateur paysan - Par Fabien Nègre
Jura, un whisky du bout du monde - Par Sophie Guichard
Découvertes

Si Paris ne manque pas de bons restaurants, de bons bistrots et de bonnes brasseries, parmi les meilleurs le bistrot ASTIER est une institution incontournable de la gastronomie française qui...

En savoir plus