LE SAINT GEORGES - 34250

On aime : beaucoup...
  • La salle du restaurant
  • Paul Courtaux, le chef du Saint-Georges
  • Restaurant LE SAINT GEORGES: Couteaux sauce citron, palourdes à la plancha
  • Restaurant LE SAINT GEORGES: Pièce de cochon, foie gras
  • Restaurant LE SAINT GEORGES: Baba au rhum revisité sauce au mascarpone
LE SAINT GEORGES, une perle à Palavas Par Ludovic Bischoff

Bonne surprise culinaire à Palavas-les-Flots

Palavas-les-Flots. Son bord de mer, son casino, ses hordes de touristes et ses gargotes à burger et moules frites... Mais au milieu de tout ce fatras, une petite perle, une adresse gastro ouverte récemment par un jeune chef créatif et ambitieux : LE SAINT GEORGES.



Trouver une table gourmande, inventive et raffinée à Palavas-les-Flots... Cela revient bien souvent à disputer une épreuve de Koh Lanta sous un soleil de plomb avec un demi grain de riz dans le ventre ! Bref, ce n'est pas une chose aisée. Et si n'importe quel candidat de Koh Lanta affamé se précipiterait sur la première pizzeria du front de mer de Palavas, le gourmet curieux, lui, passe bien souvent son chemin dans cette station balnéaire populaire. Il existe pourtant une vraie bonne surprise qu'il faut dénicher parmi les innombrables échoppes à burger et moules-frites qui s'alignent sur la promenade de la mer. Cette bonne adresse s'appelle le Saint-Georges et c'est même une institution depuis des lustres. Cette table, ainsi nommée d'après le prénom de son premier patron qui était, selon la légende locale, « un vrai saint», est là depuis toujours ou presque. Mais cela ne fait qu'un an et demi qu'elle a été reprise par un jeune restaurateur et son épouse qui lui ont donné un vrai coup de frais.



Paul Courtaux, trentenaire originaire de Montpellier, cherchait un endroit pour ouvrir son adresse à lui après avoir présidé aux destinées d'une table à Pézenas, l'Entre-Pots. S'installer à Montpellier même ? Pourquoi pas, la ville manque cruellement de bonnes adresses gastronomiques. Mais la clientèle, jeune et estudiantine de la ville, ne colle pas forcément avec les loyers hors de prix des fonds de commerce. Alors, Paul et son épouse Hélène, décident de jouer ce que l'on appelle à la télévision la « contre-programmation ». A savoir s'installer là où l'on ne s'attend pas à trouver un table gastronomique. Soit au milieu des gargotes et restos de plage d'une station balnéaire.



Voilà comment ils atterrissement au Saint-Georges, dont ils décident de conserver le nom, tout en changeant tout le reste ! La cuisine de Paul Courtaux est basée sur des produits ultra frais, principalement issus des petits pêcheurs palavasiens. C'est inventif, savoureux et sans fard même si toujours très bien présenté. La volonté du couple étant de mixer les clients, des gastronomes avertis au jeune couple qui veut se faire plaisir, la carte est suffisamment large pour que chacun y trouve son compte.



La modernité se retrouve dans les propositions d'entrées que l'on partage entre convives (ou pas !) façon tapas gourmandes. Une belle manière de débuter sans complexe l'exploration de la cuisine du jeune chef. L'un de ses best sellers, c'est la tarte fine de boudin artisanal aux oignons confis au Banyuls. Mais les couteaux sauce citron, palourdes à la plancha et « pointus » du coin (sortes de petits coquillages type bigorneaux) étaient aussi très savoureux. Le poulpe et les moules de pleine mer recouverts d'une émulsion d'aïoli rappellent que nous sommes bien en méditerranée. Enfin, les coques de pêche locale (très charnues et rarement vendues par les marins pécheurs jusqu'à ce que Paul Courtaux ai l'idée de les proposer préparées avec du tourteau) surprennent agréablement.



Après ces entrées variées, les plats suivent avec entrain. On trouve de la viande au menu, comme cette pièce de cochon provenant du boucher artisan Nicolas Cabrol, déjà auteur du boudin sus-nommé, qui est servit avec une escalope de foie gras et la fameuse aubergine du chef (on vous laisse la surprise !). Mais aussi de la ventrèche de thon et d'autres poissons du jour préparés avec le respect de leurs saveurs naturelles...



Enfin, les desserts ne sont pas à négliger et jouent aussi la carte de la créativité, comme ce baba au rhum revisité, servit tiède avec une crème de mascarpone vanillée ou ce mille-feuille de fraises très léger.



Le couple met un point d'honneur à sélectionner de bons vignerons dont les vins s'accordent avec leurs plats. Et tout cela reste fort abordable puisque le « menu découverte » s'affiche à 32 euros, le « menu tradition » à 43 euros. La carte évolue tous les trois mois. Et le Saint-Georges est l'un des rares établissements de Palavas à être ouvert toute l'année, preuve qu'une clientèle locale et venant de Montpellier toute proche suit les aventures culinaires du chef.

Seul petit bémol que l'on peut apporter : c'est la salle qui bien que très cosy, mériterait quelques aménagements (prévus). Mais de toute façon, ne vous attendez pas à une petite alcôve de charme au bord de la mer, vous êtes à Palavas. Rive droite tout de même, ce qui parle aux connaisseurs, car on évite ainsi l'enfilade de resto-bar musicaux de la rive gauche. Les Courtaux font ce qu'ils peuvent avec l'endroit et leur terrasse en plein air est tout de même bien accueillante. Et si l'on vient ici, c'est avant tout pour l'assiette et son très bon rapport qualité-prix. Et aussi peut-être pour pavaner devant ses amis en affirmant que l'on a découvert une très belle adresse sur le front de mer de Palavas. Si, si, on vous assure !



Photos Jean Bernard - 1 : La salle du restaurant - 2 : Paul Courtaux, le chef du Saint-Georges - 3 : Couteaux sauce citron, palourdes à la plancha et « pointus » du coin en entrée - 4 : Pièce de cochon, foie gras, jeune pousse de moutarde et aubergine - 5 : Le baba au rhum revisité avec une sauce au mascarpone.



Restaurant Le Saint Georges

4, Boulevard Maréchal Foch - 34250 Palavas-les-Flots

Tél: 04 67 68 31 38

restaurantlestgeorges@orange.fr

Voir le site du Saint-georges.

Les Horaires du Restaurant :

Du Mercredi au Dimanche : 12h30 - 13h30 et de 19h45 - 21h30
 

D'autres articles de restaurants

Blossom - 75008
Chez Prosper - 75011
La Régalade Saint Honoré à midi - 75001
Makoto Aoki - 75008
Portraits de chef

Entre terrasses ombragées et fers forgés, le prodigieux Edouard LOUBET, homme de cœur, généreux, amoureux des rencontres d’émois, il dévore ses...

En savoir plus
Découvertes

Pour atteindre le restaurant LE 39 V du chef Frédéric Vardon on prend un ascenseur pour le dernier étage de l'immeuble du 39 avenue George V

En savoir plus