LE COUDE FOU - 75004

On aime : beaucoup...
  • Restaurant Le Coude Fou,la salle
  • Restaurant Le Coude Fou, l'entrée
  • Restaurant Le Coude Fou, le plat
  • Restaurant Le Coude Fou, une viande
  • Restaurant Le Coude Fou, le dessert
LE COUDE FOU et ses 30 ans de succès Par Georges Kouassi  
Situé au cœur du Marais, à une centaine de mètres de la rue de Rivoli (métro Hôtel de Ville), le COUDE FOU, créé en 1985 et toujours dirigée par la famille Segall, a fêté ses trente ans en novembre 2015.

Devenu, depuis sa création, une véritable institution, il attire une clientèle d’habitués et de touristes désireux de goûter une cuisine traditionnelle relevée, depuis l’arrivée d’un nouveau chef, Nicolas Girard, d’un soupçon de modernité.

Isabelle, mon invitée, et moi, avons d’abord été séduits par la salle, d’une capacité de 75 couverts, décorée de fresques naïves et de miroirs, qui possède le charme indéniable de l’authenticité avec ses tables bistrot, son sol carrelé et d’où se dégage immédiatement un sentiment de chaleur et d’intimité.

Jérémy, le fils du fondateur, qui va, dans quelques jours, céder les manettes à son cousin pour ouvrir un établissement dans une péniche situé dans un endroit de rêve (sous le pont Alexandre III, avec vue sur la Tour Eiffel et le Grand Palais), nous a précisé que, depuis son ouverture, le Coude Fou propose une cuisine élaborée à partir de produits frais, la carte variant en fonction des saisons.

Celle-ci comporte 6 entrées (de 7 à 10 €), 7 plats (de 12 à 21 €), une planche de fromages (15 €) et 6 desserts (de 7 à 9 €) ainsi qu’une jolie sélection de vins de toutes les régions de France avec, en sus, quelques vins italiens et espagnols, à des prix également très modérés (de 3,50 à 7,50 € le verre et à partir de 22 € la bouteille).

Pour les entrées, Isabelle se décida pour le « Saumon mariné, crème de petits pois, menthe, safran, avec petit croustillant » dont elle me dit fort grand bien tandis que je me régalai d’un épatant et rafraîchissant « Ceviche de dorade royale, agrumes » que j’accompagnai d’un excellent pain de campagne et d’un très bon verre de Jurançon, Isabelle ayant opté pour un blanc d’Anjou.

Les autres entrées, dont les « Cannelloni ricotta basilic, menthe, tomate », ou la «Terrine de campagne maison et confiture d’oignons rouges» servies à la table voisine, nous semblèrent tout aussi appétissantes.

La suite se montra à la hauteur, avec un « Onglet Angus », belle et tendre pièce de viande, servie saignante et judicieusement accompagnée d’une purée de rattes et poêlée de champignons qui me combla, Isabelle éprouvant le même sentiment en dégustant les « Supions, linguine à l’encre de seiche, coriandre, persil et ail ».

Ce vendredi soir-là étaient également à la carte, une alléchante «Joue de cochon confite, écrasé de pommes de terre fumées », un « Pavé de merlu, légumes poêlés, émulsion au yuzu », des « Rognons de veau en croûte de persil moutarde, polenta crémeuse » ou encore la superbe « Côte de bœuf à partager (1kg), sauce choron et pommes pont neuf ».

Après avoir été tentée par la « Crème brûlée à la fève de tonka, sucre moscovado », Isabelle conclut joliment ce très bon dîner par les « Macarons verveine, mousse de chocolat blanc, sorbet citron vert et basilic », l’amateur de chocolat que je suis trouvant fort à son goût la « Ganache de chocolat feuillantine praliné et glace miel pignons ».

Une cuisine généreuse et de qualité, des prix très raisonnables, une ambiance conviviale : il n’est pas étonnant que le succès du Coude Fou ne se démente pas depuis 30 ans.

Ouvert 7 jours sur 7

12h-14h45 et 19h30-23h (23h30 vendredi, samedi et dimanche)

> Le Coude Fou

12, rue du Bourg Tibourg - 75004 Paris - Tél : 01 42 77 15 16
 

D'autres articles de restaurants

Dîner à La Fontaine Gaillon
Le Cinq avec Christian Le Squer - 75008
Le BAT - 75009
Agapé - 75017
Portraits de chef

1959, souvenez-vous, Katharine Houghton Hepburn dans « Suddenly, Last Summer » de Joseph L. Mankiewicz foudroie : « Nous sculptions chacune de nos journées comme une...

En savoir plus
Découvertes

Le grand chef Christian Constant réalise dans son restaurant LE VIOLON D'INGRES une cuisine sur la base de la Grande Tradition Classique qui fleure bon le grand art.  

En savoir plus