L'ARTISAN DU BURGER - 75017

On aime : beaucoup...
L'ARTISAN DU BURGER : à la mode parisienne. Par Ludovic Bischoff
Pas évident de se faire une place sur le marché désormais très riche des burgers « haut de gamme » à Paris. Pour se distinguer de ses concurrents, le fondateur de l'enseigne L'ARTISAN DU BURGER, Emmanuel Fernandez, a misé sur le name droping ! Soit, travailler avec des artisans connus et reconnus pour fournir, par exemple, la viande (la boucherie très « ouest parisien » Metzger) et les buns, ces petits pains indispensables pour prendre en sandwich les steaks. Il s'agit ici Graines de créateurs, la boulangerie, elle aussi « made in Hauts-de-Seine » d'Eric Delagarde et Pierre-André Segura qui a mis au point un pain multi-céréales classique et une version plus « dark » à l'encre de seiche.
Et pour les recettes de burgers ? Là aussi, de belles signatures puisqu'un chef est aux commandes. Bon, pour le moment, le chef, que l'on nous présente comme « meilleur ouvrier de France 2011 » est anonyme. L'Artisan du burger ayant, un peu curieusement, décidé de ne pas dévoiler son identité ! On est donc obligé de croire le dossier de presse sur parole... Mais des chefs invités opèrent, eux, à visage découvert comme Micheal Greenwold qui signe actuellement deux burgers, l'un végétarien, l'autre au saumon.

Bref, vous l'aurez compris, l'ADN de cette nouvelle chaine de restauration rapide, c'est de mettre en avant les artisans qui travaillent à repenser le burger à la mode parisienne, puisque chaque sandwich porte le nom d'un quartier parisien. Et de jouer la carte des bons produits. Il faut dire que la viande Metzger testée lors de notre passage s'est révélée très gouteuse et, surtout, que la cuisson demandée à été respectée à la lettre. Petite déception pour les frites fraiches « de pommes de terre provenant de Picardie ». Sur le papier, on avait très envie de croquer dans ces patates issues de l'agriculture raisonnée et cuites sur place. Au final, des frites pas vraiment croustillantes, un peu trop sèches (pas trop grasse du coup, c'est le bon côté !) et qui supportent mal de refroidir. Bref, pas les meilleures frites de Paris à mon goût. « Les clients adorent ou ils ont quelques réserves, c'est vrai », avouera le responsable du restaurant. Il en faut pour tous les goûts...

Le « burger de Saint-Germain-des-Prés », lui, à base de bœuf, tomates fraiches, roquette poivrée à souhait, parmesan et bacon grillé servit dans un bun noir très graphique s'est révélé parfait. Le pain à l'encre de seiche apporte un moelleux inattendu. Le « burger de Montmartre » au reblochon était encore plus savoureux, même si l'on peut regretter la portion un peu chiche de reblochon qui se concentrait sur une moitié du burger seulement, c'est un peu frustrant. 125 gr de boeuf de race charolaise haché sur place pour des bouchées de bonheur. Rien à dire sur les burgers testés, donc. Même si les affamés doivent le savoir : on ne sert pas de burgers taille XL chez l'Artisan. Donc en cas de grosse faim, prévoir de commander un dessert.

Et là ça tombe bien puisque l'Artisan du burger propose une belle carte de desserts, ce qui n'est pas le cas de certains de ses concurrents. Notamment la game Ze Gato élaborée avec le pâtissier Eric Hubert. Au menu : une panacotta caramel ou fruits rouge, un crumble pomme, une crème brulée chocolat au lait, une mousse citron. Mais aussi des cookies et des cakes très alléchants sur le papier. Autant de délices sucrés que nous n'avons pas pu gouter le soir de notre passage à l'Artisan du burger de la rue Poncelet ! Un dimanche soir. Du monde en salle. Et des sacs de livraison à foison. Et pourtant, plus beaucoup de choix côté desserts ! Un peu décevant pour un restaurant qui est sensé faire du passage et satisfaire une petite faim à n'importe qu'elle heure... La mousse au chocolat (la dernière ce soir là !) miraculeusement goutée c'est quand même trouvée être très bonne, comme la salade de fruits frais (fraises et bananes). Si le reste de la carte des desserts est au diapason, alors c'est très bien. A vous de vous faire une idée lors de votre passage.

Enfin, dernier point, la décoration et l'ambiance. Et là, c'est tout bon. L'Artisan du burger du 17eme est assez vaste, du bois, de la pierre, de l'ardoise, c'est classe, chaleureux, très propre et le service à table est efficace et professionnel. On se sent à l'aise dans ce grand open space où l'on partage une longue table assis sur des cubes en bois. On est ici loin de l'ambiance fast food étriqué et c'est vraiment agréable. Pour savourer une bière BapBap, par exemple. Un bon point car cette petite brasserie parisienne est assez sélective et l'on ne trouve pas ses bières partout...

Horaires : 7j/7 de 10h30 à 22h30.
Tarifs : menu burger, frites et boisson à 16 euros.

Photos : 1 : La salle chaleureuse et vaste est propice à une pause burgers - 2 : Service sur une planche en bois des burgers - 3 : Burger au reblochon dans un pain à l'encre de sèche. Original - 4 : Faites votre choix !

L'Artisan du burger :
Les deux adresses parisiennes : 42 rue Poncelet Paris 75017 (ouvert en avril 2016) et 94 rue Rambuteau Paris 75001 (ouvert en juillet 2015) seront bientôt rejointes par d'autres Artisans du burger à Saint-Germain-des-Prés ou Franklin Roosevelt. A noter que deux autres adresses à Golf Juan et Nancy sont d'ores et déjà ouvertes.

Voir le site web : L'Artisan du Burger.

D'autres articles de restaurants

Restaurant Sylvestre - 75007
Maison F - 75009
Aux Prés Cyril Lignac - 75006
Jean - 75009
Portraits de chef

Portrait du chef Laurent POITEVIN lorsqu'il était à L'Angle du Faubourg  du groupe TAILLEVENT.

En savoir plus
Découvertes

Le patron est partout. Le chef Christian Constant a étendu son domaine en ouvrant à la fin du mois de juin 2007 un quatrième établissement dans le même petit bout...

En savoir plus