LES TONTONS GOBELINS - 75013

On aime : un peu...
A la carte du restaurant Les Tontons, qui a ouvert dans le 13e arrondissement de Paris, il y a des tartares mais pas que... Mais c'est quand même pour eux qu'on vient s'attabler ici !
Par Ludovic Bischoff

Comme disaient les frères Volfoni dans la célèbre scène de la cuisine : « y'a de la pomme, mais pas que... ». C'était du cinéma. Un monument de cinéma même que ces « Tontons flingueurs ».

A la carte du restaurant Les Tontons, qui a ouvert dans le 13e arrondissement de Paris, il y a des tartares mais pas que... Mais c'est quand même pour eux qu'on vient s'attabler ici !

On regarde vite fait, presque avec circonspection, comme en se demandant ce qu'ils font là, les autres plats du menus : un cassoulet, un osso bucco ou un confit de canard. Ils sont là pour la figuration. C'est important des figurants sur un plateau, ça habille l'espace. Mais quand même, ce sont les vedettes qu'on vient voir sur le grand écran, pas les seconds couteaux.

Alors, comme la très grande majorité du public, on s'oriente vers les tartares dont la maison s'est fait une spécialité. Un peu par hasard nous racontera le propriétaire, Jean-Guillaume Dufour. Parce qu'il en avait mis un jour sur la carte. Parce que les clients le réclamait. Alors l'idée de décliner ce plat iconique de la brasserie selon les idées du moment lui est venue. Résultat, pas loin d'une trentaine de versions de tartares se poussent du coude pour apparaître sous la lumière des projecteurs. Il y a le classique, avec ou sans câpres, haché au couteau ou pas. Et puis tous les autres qui rivalisent d'originalité pour séduire l'audience. La napolitain (avec poivron et parmesan), le cht'i (maroilles, cumin et bière), le catalan (jambon Serano et piment d'Espelette). Celui au roquefort et porto, l'autre à l'huile de truffe. Et puis il y a les doublures : les tartares poêlés. La savoyard (avec fromage à raclette, lardons et oignons), le Rossini et sa tranche de foie gras chaud, celui au vinaigre de Modène, etc. Les plus aventureux pourront même opter pour le tartare d'écrevisses au fenouil mariné aux épices et au miel.

Bref, l'affiche est alléchante. Mais on a déjà vue de grosses productions nous laisser sur notre faim. Alors, les Tontons, ils assurent ? Ma foi, plutôt oui. Sans prétention. Sans vouloir trop en faire. Le tartare Rossini est bien sous tout rapport. Le catalan est un peu trop éloigné, au goût, de ce que l'on attend d'un tas de viande rouge hachée. Mais il s'en sort bien aussi. On regrette un peu que les frites qui accompagnent ne soient pas « maison ». Le patron en convient et y travaille. Avec de vraies patates coupées fraiches, l'assiette pourrait espérer un César. Si ça vient, on applaudira des deux mains.

Mais pour les carnivores, cette adresse mérite bien un arrêt sur image. D'autant que ce bistro situé rue des Gobelins est à deux pas des cinémas du 13e arrondissement. Vite fait avant la séance ou après avoir vu le film pour en parler autour d'un verre, Les Tontons sont biens placés.

Le reste de la carte ? Les entrées sont celles que l'on s'attend à trouver dans un tel décor de bistro de quartier. Du poireau vinaigrette, des lentilles en salade, de la charcuterie, l'œuf mayonnaise... Les desserts pourraient être ceux que l'on aimerait trouver à la fin du générique : ils se contentent d'être là, de passage, pas vraiment désagréables, mais pas inoubliables non plus.

Chez Les Tontons, y'a pas que des tartares, mais c'est vraiment pour eux qu'on vient et qu'on reviendra. D'autant qu'entre 11,50 et 19,80 euros l'assiette de barbaque préparée, ces tontons là ne vous flinguent pas sur l'addition. Le bistro du 13e est un remake de celui du 14e ouvert par la même équipe qui avait déjà sévit avec « La cantine des tontons » dans le même arrondissement. L'adresse qui proposait un buffet à volonté n'est plus. Et Jean-Guillaume Dufour souhaite aujourd'hui se concentrer sur les tartares, rien que les tartares. Il tient son sujet le garçon et il a raison de le décliner. D'autres « Tontons tartares » devraient donc voir le jour si le public se presse dans les salles des deux premiers.

Le midi, menu à 12,90 € (entrée/dessert et plat du jour), le soir le menu est proposé à 15,90 € (plats et desserts au choix).
A la carte comptez une trentaine d'euros sans les boissons.

Du lundi au samedi de 12h à 14h30 et de 19h à 22h30.

Photos : 1 : Le tartare Rossini - 2 : La salle du restaurant, ambiance bistrot - 3 : La salade de lentilles et magret fumé - 4 : La tarte aux cerises - 5 : Décor en hommage aux "Tontons Flingueurs".

Les Tontons Gobelins
3, rue des Gobelins - 75013 Paris
Tel : 01 47 07 23 46

Et aussi au 38, rue Raymond Losserand 75014.

D'autres articles de restaurants

Assaporare - 75012
Chez Cécile - La Ferme des Mathurins - 75008
La Grange Batelière -75009
Leclou de Fourchette - 75017
Portraits de chef

Au vert du haut-var, à Callas, à la muraille rose des gorges de Pennafort, dans une impassible Bastide provençale à la terrasse ombragée par les tilleuls,...

En savoir plus
Découvertes

Le talentueux chef Stéphane Pitré a ouvert son restaurant LOUIS - en hommage à son père et son grand-père - le 12 mars 2015, à deux pas de Notre-Dame-de-Lorette. Avant de s'installer chez...

En savoir plus