LA TABLE DU FORT - 13007

On aime : beaucoup...
A notre époque incroyable où il faut être célèbre avant d'être connu, la montée en température de la "petite table" d' Emeline et Nicolas Muller s'effectue à son rythme...
A notre époque incroyable où il faut être célèbre avant d'être connu, la montée en température de la "petite table" d' Emeline et Nicolas Muller s'effectue à son rythme, discrète comme violette sous la mousse, un peu à l'ancienne. Ce qui est finalement d'une grande modernité.

La méthode? Vous allez rire: les Muller sélectionnent les vins en fonction de coups de cœur et non pas en fonction du vendeur qui crie le plus fort. Et travaillent inlassablement le produit frais de saison. L'opération est en général rentable à l'achat pour le chef, et infiniment plus convenable aux papilles pour le client. Qui du coup s'y retrouve largement économiquement à son tour.

Maintenant que je vous ai bien agacé avec les théories fumeuses que me serine Mauricette chaque soir le nez devant mon bouillon Kub à regarder les chiffres et les lettres, je vous narre l'ambroisie.
Menu à 35€. Mise en bouche extra, une soupe d'asperges glacée mais qui ne nous laisse pas de glace! Pour sûr de cuisine, ya des heures et des petits mains pour la "pastilla de lapin au citron confit, taboulé fraicheur". Derrière ses grosses lunettes, Mauricette me fixe en faisant des yeux de lapins (justement) surpris par des phares de voiture et dit: 16,5/20! Je n'ai pas de lunettes ni de lapin mais il vaut aussi le 16/20 mon "moelleux de rascasse, compotée d'oignons, bouillon de favouilles à l'aneth". Quand le produit simple rejoint un tel savoir-faire, ya plus qu'à sourire et puis se taire.

"Canette de Challans en deux façons, gnocchi de patate douce et rhubarbe confite", 16/20. Pareil avec mon "dos de morue, févettes et petits pois à la française, carottes et artichauts, velouté de brandade" désarmant de simplicité sur le papier mais millimétré dans l'apprêt.

Nous passerons contraints et forcés au dessert, le boulot c'est le boulot. "Tiramisu aux fraises Gariguette", premières fraises de saison. Presque dommage de masquer la qualité de ces belles fraises, m'enfin bon. 15,5/20. Très beau travail pâtissier que le "mousseux chocolat lacté, biscuit coco" de Mauricette. Une délicate demi-sphère non surchargée en sucre! Un dernier 16/20 pour la route!

Le chef est passé notamment par Bocuse, Loubet, les frères Pourcel. Bonne conseillère, Emeline dirige la salle sans zèle superflu. Et voilà! "Le plaisir n'est pas de posséder les choses, mais de les vivre" dira en sortant Mauricette. Elle est vraiment surprenante.

Chef: Nicolas Muller
Accueil 17/20. Service 17/20. Rapport qualité prix 16/20. Cadre 16/20. Pain 15/20. Toilettes 16/20.

Menu à 19€ midi semaine. Menus à 35€ et 49€. Carte. Climatisation. Salle privative sur réservation (20 pers.).
Fermé samedi midi, tout le dimanche et lundi midi. Réservation conseillée.

8 rue du Fort-Notre-Dame
13007 MARSEILLE
Tél.04.91.33.97.65

D'autres articles de restaurants

Cantina di Luca Baudry - 75008
Le Lulli - 75002
Drouant rénové
Café Antonia Le Bristol - 75008
Portraits de chef

Le château du Roy Soleil côtoie le Chef décrocheur d’ étoiles… soleil, étoiles : un dico céleste pour des accommodements culinaires subtils. À l’entrée du parc les initiés montent...

En savoir plus
Découvertes

CôtéSushi - une marque créée en 2008 par Emmanuel Taib (graduate de L’EDHEC Business School) - compte aujourd’hui plus de 25 adresses chic de Paris via...

En savoir plus