Avis d'un critique : Pierre Rival - Citizen K - Les Échos - Paru Vendu

Par Alain Fusion
Portrait par Alain Fusion

Redouté des restaurateurs et envié par les lecteurs, le critique gastronomique fait partie du paysage français et de notre culture gourmande. Le métier de journaliste gastronomique fait couler beaucoup d’encre, puisque les restaurants se reposent sur les médias.

Pour un restaurant, la présence dans les guides est espérée, les articles dans la Presse sont souhaités et recherchés. Faire parler de soi est d’une importance capitale : obtenir un bon article dans une bonne publication se traduit immédiatement en chiffre d’affaires, en afflux de clientèle et en notoriété. Les titres s’affichent en devanture pour attirer le client. Le " bouche-à-oreille " viendra ensuite, après l’amorçage de la communication grâce à la Presse.

Les missionnaires de la gastronomie sont devenus des pionniers, explorant pour nous des terres inconnues de restaurants incertains aux Cuisines improbables, pour en extraire les pépites aux plaisirs exquis et délicats.
C'est fou ce que l'on peut faire par amour ! Pierre Rival aime les restaurants, les sorties, les chefs et les lieux où passe la vie ; il y consacre une grande partie du temps libre que lui laisse son "vrai métier" et s'il en rend compte aux lecteurs c'est pour laisser la trace des émotions d'un gourmet amateur qui aime partager ses plaisirs. En visiteur avisé il sélectionne les beaux endroits, les bonnes maisons et nous les fait découvrir. Paris est sa ville ; lors de ses nombreux voyages lointains il aide à sa bonne renommée car il sait parler de notre gastronomie, des traditions de nos métiers et de l'art de vivre sous la douceur de notre climat.
Cet amateur est un expert. Rencontre avec un fin bec amoureux des beaux produits, un voyageur, un pionnier, un dandy du goût.

Les Questions à Pierre RIVAL :

Pour quels titres de Presse écrivez-vous ?
Citizen K, Série Limitée le supplément "art de vivre " des Échos et un gratuit : Paru Vendu .

Quel est votre parcours personnel ?
Zig Zag. Études de Chinois. Presse, cinéma, édition, France, Italie, Russie. Dans le désordre…

Pouvez-vous définir et présenter votre métier ?
Ce n’est pas un métier, c’est un hobby.

Comment souhaitez vous être considéré ? Journaliste, chroniqueur, critique, … ?
Un Amateur. Un collectionneur de restaurants.

Comment préparez-vous vos visites de restaurants ?
Je prends les avis de mes collègues et néanmoins amis, des chefs que j’aime ou encore de vagues connaissances qui ont l’air d’être de fins gourmets.

Quelles sont les règles d’Or du critique gastronomique ?
Il n’y a pas de règles d’Or. Si elles existaient, mes collègues les appliqueraient. Mais plus je les fréquente et plus je constate que le seul point qui nous lie, c’est l’amour du bien manger.

Quelle est votre opinion sur l’anonymat du critique, sur le paiement des additions, sur les invitations, sur le rôle des attachées de Presse ?
N’étant ni anonyme, ni hostile aux invitations, ni fâché avec les attaché(e)s de presse, vous vous doutez bien de ce que doit être mon opinion. D’ailleurs, je vous l’ai dit plus haut, je ne suis pas critique, juste amateur…

Comment désirez-vous être perçu (compris) par les lecteurs de vos articles ? Et par les restaurateurs ?
Comme un ami qui vous veut du bien.

Pour qui écrivez-vous ; qui sont vos lecteurs ?
J’écris pour ceux qui aiment lire.

Quels sont vos critères fondamentaux pour écrire - ou ne pas écrire - sur un restaurant ?
Je n’écris que sur les restaurants que j’aime.

Est-il souhaitable de tout écrire ?
Oui, à condition d’avoir une bonne plume.

Vos articles suscitent des réactions ; quels sont vos meilleurs et vos moins bons souvenirs ?
? ? ? ?

Qu’aimez vous trouver dans un restaurant ?
Le couvert.

Quelles doivent être les qualités d’un Chef Cuisinier ?
La générosité.

Vos coups de cœur ?
Arzak à San Sebastian. Yan Toh Heen à Hong Kong. Décoret à Vichy.

Quels sont les défauts impardonnables dans un restaurant ?
Les fautes de français sur la carte.

Comment devrait être votre restaurant idéal ?
Idéal. Donc n’existe pas. Donc, passons à la question suivante…

Dans vos articles, quelle est la proportion entre les nouveautés (créations, reprises, nouveau Chef) et les autres ?
Il y a des nouveaux chefs qui remettent toujours le même couvert et des vieux chefs qui innovent. L’important, c’est le résultat. Je ne crois pas à la querelle des Anciens et des Modernes en matière de cuisine.

Comment percevez vous la gastronomie parisienne et française en 2004 ?
En meilleur état qu’on le croit à l’étranger. Moins importante qu’elle ne se le figure elle-même.

Vivons nous une période d’évolutions ?
Quelle période n’est pas une période d’évolutions ?

À votre avis, quelle est la place de la gastronomie française dans le Monde ?
Voir réponse plus haut.

Comment voudriez-vous voir évoluer votre métier ?
Je ne voudrai pas le voir évoluer, mais hélas, un jour, il faut savoir céder sa place à table !

Quels sont vos plats favoris ?
La tête de veau. Le gigot d’agneau. Toutes les pâtes. Le pain.

Quelle est votre boisson préférée ?
Le vin (quand il est bon)

Etes-vous plutôt " déjeuner " ou " dîner " ? Seul ou en compagnie ?
Seul, je sympathise avec le maître d’hôtel. Accompagné, je me concentre sur mon plat. Ou l’inverse…

Etes-vous un fumeur de cigares ? Si oui, qu’aimez-vous fumer ?
Puro. Puro. Puro.

Quel est votre principal trait de caractère ?
La paresse. C’est ce qui me force à travailler.

Avec qui aimeriez-vous travailler ?
Dieu.

Avez-vous des projets ?
Oui. Sinon, je serai mort.

Si vous deviez en changer, quel autre métier auriez-vous choisi ?
Amateur, n’est pas un métier. Mais si vous y tenez, je veux bien être payé…

Qu’évoque pour vous l’expression " Mener la Belle Vie " ?
" it’s a Wonderful Life ", titre d’un film de Frank Capra.

Où aimez-vous passer des vacances ?
J’aurai pu dire à la campagne, à la mer, à la montagne, et j’aurai dit la vérité. Mais la vérité c’est que je voyage pour travailler et que je travaille pour voyager.

Quel est votre rêve d’enfant qui n’a pas encore été réalisé ?
Avoir une pièce entière consacrée aux petits trains.

Vous êtes auteur de livres, quels sont les titres de vos ouvrages ?
Quatre pseudo : Pierre George Randal, Nella Graham, Pierre Copernik, Pierre Rival.
Environ 12 titres. A qui s’adressait déjà la question ?
Le livre : Paris Gourmand - Belles et bonnes boutiques de la ville.
Textes : Pierre Rival - Photos : Christian Sarramon.
Éditions Flamarion - Prix : 45 €

D'autres avis de critiques

Gilles Pudlowski - Les Guides Pudlo - Le Point - Saveurs
Jean-Luc NARET : Directeur des Guides MICHELIN Par Fabien Nègre
Philippe Toinard - À Nous Paris - Infrarouge
Jean-Marie Pinçon
Portraits de chef

Au sein de l'adorable village médiéval de Castillon-du-Gard, à deux arbrisseaux de sauge de l'immortel aqueduc romain du Pont du Gard, dans le restaurant de l'Hôtel du Vieux Castillon, membre...

En savoir plus
Découvertes

Il y a des rencontres quasi mythiques qu'il ne faut pas louper. Celle du jeune chef Alexandre COUILLON et du whisky Aberlour fait partie de celles-là !

En savoir plus