UN DIMANCHE À PARIS - 75006

On aime : passionnément...
L'endroit tout à fait charmant dans une ruelle pavée n'est pas des plus faciles à trouver ; le Cour du Commerce Saint André relie le boulevard Saint-Germain à la rue Saint André des Arts. De plus, le positionnement gastronomique du restaurant se trouve obéré par l'idée de "concept-store tout chocolat" car le restaurant attenant à la boutique UN DIMANCHE A PARIS du chocolatier Pierre Cluzel, n'est pas un simple alibi de dégustation de chocolat façon salon de thé revisité, mais une véritable table, avec des plats bien cuisinés, un excellent chef et une équipe de professionnels aux commandes.
Par Alain Fusion

L'endroit tout à fait charmant dans une ruelle pavée n'est pas des plus faciles à trouver ; le Cour du Commerce Saint André relie le boulevard Saint-Germain à la rue Saint André des Arts.

De plus, le positionnement gastronomique du restaurant se trouve obéré par l'idée de "concept-store tout chocolat" car le restaurant attenant à la boutique UN DIMANCHE A PARIS du chocolatier Pierre Cluzel, n'est pas un simple alibi de dégustation de chocolat façon salon de thé revisité, mais une véritable table, avec des plats bien cuisinés, un excellent chef et une équipe de professionnels aux commandes.

Le chef Williams Caussimon a travaillé avec Guy Savoy dans le restaurant Les Bouquinistes ; ici aussi il travaille de beaux produits et la présence parfois anecdotique du chocolat dans les assiettes ne trouble en rien la délicatesse des saveurs.

La carte annonce le dos de saumon rôti et salade de légumes, le carpaccio de Saint-Jacques aux agrumes et grué de cacao, l'oeuf poché à la truffe, les gambas et tourteau en fines ravioles de betterave, le filet de veau et ravioles de saison, le flanchet de veau farci au saucisson avec macaroni et salsifis au parmesan, la pièce de boeuf de Salers avec purée de pommes de terre et pois gourmands, le cabillaud et risotto safrané, ou les Saint-Jacques et langoustines rôties avec légumes du potager.

Pour le dessert, le chef pâtissier Quentin Bailly propose les macarons, l'éclair chocolat ou chocolat-orange, la mousse au chocolat noir et au lait, le moelleux au chocolat noir Vénézuela avec sorbet et compotine exotique, ou le soufflé à la mandarine à l'Armagnac et au grué de cacao flambé à l'Armagnac.

L'accueil souriant et le service délicieux sont appréciés par la clientèle chic, souvent féminine, habituée du lieu.

La décoration élégante et sobre, la présence en salle des pierres d'une tour du mur d'enceinte de Paris de l'époque de Philippe Auguste, au début des années 1200, le mobilier confortable, l'espace et la belle lumière créent une atmosphère de qualité.

A l'étage, le salon privé et le lounge bar cosy sont recherchés par les groupes.

Cette belle et bonne adresse est un indiscutable coup de coeur.

Formules du déjeuner à 25 € pour entrée et plat ou plat et pâtisserie ; 27 € pour plat et café "un dimanche à Paris" ; 33 € pour entrée, plat et pâtisserie.
A la carte compter environ de 42 à 68 €.

Service tous les jours, de 12h à 14h30 et de 19h jusqu'à 22h30. Fermé dimanche soir.

Photos : 1 : Décor élégant et sobre - 2 : L'oeuf poché à la truffe - 3 : Le flanchet de veau farci au saucisson avec macaroni et salsifis au parmesan - 4 : L'éclair chocolat-orange - 5 : La salle du restaurant.

Un Dimanche à Paris
6, Cour du Commerce Saint André des arts - 75006 paris
Tel : 01 56 81 18 18

D'autres articles de restaurants

Les Autodidactes -92300 Levallois
Tables et Comptoir - 83000 Toulon
Le Metropolitan -75016
The Club - 75007
Portraits de chef

Electrique éclectique, attachant chaud bouillonnant, tendre latin de guerre lasse contre le monde entier et sa citadelle intérieure, humain si écorché, enraciné arraché à fleur de vie,...

En savoir plus
Découvertes

Le BERKELEY est une institution de la vie parisienne chic depuis les années 50 ; le "Tout Paris", c'est à dire les "people" du monde entier, est venu ou vient ici. La rénovation de la...

En savoir plus